Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 03:44
كليمنسيا الجميلة في طبعته الفلسطينية الاولى 2015
كليمنسيا الجميلة في طبعته الفلسطينية الاولى 2015

كليمنسيا الجميلة في طبعته الفلسطينية الاولى 2015

Après sa première édition chez "La maison de la poésie en Palestine" (2015), le deuxième recueil de poésie de l'écrivain, penseur, philosophe et poète tunisien Sélim Dawla, paraitra dans une deuxième édition en Tunisie.

Il sera disponible à la foire du livre à Tunis en Mars 2016

بعد صدوره سنة 2015في طبعته الاولى عن" بيت الشعر الفلسطيني" يصدر ديوان شعرثاني"كليمنسيا الجميلة... قادحة الصوان الكونية" للكاتب ومفكر التونسي و الفيلسوف و الشاعر سليم دولة في طبعته الثانية التونسية التي ستكون جاهزة بمعرض الكتاب الدولي بتونس في مارس 2016

En voici quelques extraits: بعض مقتطفات نشرت في صفحته بالفايسبوك:

1-

وَ "كُوفْيَــــنْدَا" هِيَ اُلْرَّقْصُ يَرْقُصُ
وهي الشجر يـَرْقُص والغُيوم . وهي النّجوم تَرْقُص
والأعشاب ترْقًص و حُصيّاتِ اُلْـجـبِالِ ترْقَص و كواكب اُلـخـَيال تَرْقُصُ . وحنّاء كـفّ في كف بنت يتـيـمة نهضت مع نجمة فَلَقِ اُلْصّبْحِ تـَرْقُص
أوْ هَكَذا يُحَدِّثُكَ َاُلْــقَلْبُ اُلْمَسْكِيـنُ
اُلْفَقِيرُ إلَى اُلْحُـبِّ
اُلْمَـسْكُونُ
بأجْنِحَــةِ اُلْطَّـيَرانِ
هُوَ اُلْوَاقِعُ دَائِـمًا
فِي
جُبِّ غَـيَابَةِ اُلْــحُبِّ
سَيـِّدُ اُلْمَـقـَالِبِ كُلِّـهَا
أَسِيــِرُ جَاذِبِـيـَّةِ

اُلْـتَقَلُّبِ
هُوَّ اُلْــقـَلْـبُ

(...)

2-

"كُوفْيَــــنْدَا" هِيَ اُلْرَّقْصُ يَرْقُصُ
وهي الشجر يـَرْقُص والغُيوم . وهي النّجوم تَرْقُص
والأعشاب ترْقًص و حُصيّاتِ اُلْـجـبِالِ ترْقَص و كواكب اُلـخـَيال تَرْقُصُ . وحنّاء كـفّ في كف بنت يتـيـمة نهضت مع نجمة فَلَقِ اُلْصّبْحِ تـَرْقُص
أوْ هَكَذا يُحَدِّثُكَ َاُلْــقَلْبُ اُلْمَسْكِيـنُ
اُلْفَقِيرُ إلَى اُلْحُـبِّ
اُلْمَـسْكُونُ
بأجْنِحَــةِ اُلْطَّـيَرانِ
هُوَ اُلْوَاقِعُ دَائِـمًا
فِي
جُبِّ غَـيَابَةِ اُلْــحُبِّ
سَيـِّدُ اُلْمَـقـَالِبِ كُلِّـهَا
أَسِيــِرُ جَاذِبِـيـَّةِ

اُلْـتَقَلُّبِ
هُوَّ اُلْــقـَلْـبُ
(...)

3-

وَ "كُوفْيَــــنْدَا" هِيَ اُلْرَّقْصُ يَرْقُصُ
وهي الشجر يـَرْقُص والغُيوم . وهي النّجوم تَرْقُص
والأعشاب ترْقًص و حُصيّاتِ اُلْـجـبِالِ ترْقَص و كواكب اُلـخـَيال تَرْقُصُ . وحنّاء كـفّ في كف بنت يتـيـمة نهضت مع نجمة فَلَقِ اُلْصّبْحِ تـَرْقُص
أوْ هَكَذا يُحَدِّثُكَ َاُلْــقَلْبُ اُلْمَسْكِيـنُ
اُلْفَقِيرُ إلَى اُلْحُـبِّ
اُلْمَـسْكُونُ
بأجْنِحَــةِ اُلْطَّـيَرانِ
هُوَ اُلْوَاقِعُ دَائِـمًا
فِي
جُبِّ غَـيَابَةِ اُلْــحُبِّ
سَيـِّدُ اُلْمَـقـَالِبِ كُلِّـهَا
أَسِيــِرُ جَاذِبِـيـَّةِ
اُلْـتَقَلُّبِ

هُوَّ اُلْــقـَلْـبُ

(...)

4-

ا "رِيتُــُوشْكَا" الجميلة
(لـَمْ أكُنْ أَعْلـَمُ أَنـَّا اُفَتَرَقْـــنَا وقَــعْـــقـــَعَتْ نـُـوقُ اُلْــفِراقِ بَـــيْنـــَنَا
وَ وَصْوَصَتْ فارات النّات. كُلُّ اُلْعُشَّاقِ اُلْفَاشِلينَ مِثْليَ يـَرْحَلُونَ بـِخِيَامِ خيْــبَاتـِهـِمْ إلىَ اُلْــزَّمَنِ اُلْرَّعَوي
يَا" لِيرِيتَا" ويأْنَسُونَ بِاُلْـحَيوانَاتِ يا"كْلاَوفَا" ويـَحْدُثُ لـَهُــمْ مُلاَزَمَةَ اُلْـحَجَرِ .. يا" نُوريتَا" ويَكَلِّمُونَ أنْفُسَهُمْ كَـمـَـا لَــوْ أنَّــهُـمْ سِواهُـمْ 
يَـــا "كُـوفــَـينْدَانا" اُلجَـميلَة . اُلْـحُبُّ يُضْحِكُ . اُلْـحُبُّ يُــبْكـِي.اُلْـحُــبُّ يُـــبـْـــكِـــمُ . يـُــبَكِّتُ. اُلْـحُــبُّ يــُدْمِـي اُلْـحُبُّ يَدَمْدِمُ . اُلْـحُبُّ يرْقـِـصُ. اُلْـحُبُّ يــُسَبِّبُ ضَغْطَ اُلْـدَّمْ. اُلْـحُبُّ يصِيبُ بِاُلْسَّكْتَةِ اُلْعَاطفيَّةِ وتَــهَشُّــــشِ .اُلْعِظَامِ

(....)

5-· 

سلام    

سلام    

 عَلَى أَحْلاَمِكِ اُلْسِرِّيَةِ   

سَلاَمٌ عَلَى ثِيَابِكِ اُلْدَاخِليَّـةِ    

يامُــتَعَدِّدَةَ اُلْأسْمَاءْ
هَـلْ تَسْمَـــــــحِينَ لِي
يَا "كِليمَا _ سُورَا"
اُلْجَميلَةْ

هَلْ تَسْمَحُ لِي " كَلاَوِ_سْتَرَاتَا اُلْجَميلَةُ" _ هل تَسْمَحُ "كَلاَوْوُسْتَا"... اُلْاسْتِعْمَارِيَّــةُ
اُلـعَاطِفيَّةُ كَمَا
سَمَحَتْ "لِأمِيلْ أحْلاَمْ زُوُلاَ " ذَاتِ فَجْرٍ
أَنْ أٌقَلِّبَ اُلْصَّفْحَةَ اُلْثَامِنَة 
وَاُلثَّلاَثيِنْ
وَ مَا يَلـِيهَـا
مِنْ رِوَايَةِ :
(journal d’ une femme adultère)

(...)

Repost 0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 09:39

Vient de paraitre: "Noir/ Blanc" 


C'est un roman du Dr. Taieb Ben Rejab dont les évènements se déroulent lors de l'an I de la révolution tunisienne.


إصدار:

رواية "ابيض/اسود" للدكتور طيب بن رجب  تدور أحداثها في العام الأول للثورة 

 

 

 

http://scontent-a-fra.xx.fbcdn.net/hphotos-prn2/t1.0-9/10366022_10202735768409240_1882514348804828733_n.jpg

 

 

:التصديـر

شر البلية ما يضحك!

ثقيف الولهان

أي قرائي الكرام لقد بلاني صديقي الكاتب هذا ببلايا ثلاث. وذلك لما أن استعار اسمي ليكتب به في جريدة الشعب الغراء لسان حال الاتحاد العام التونسي للشغل. فقد جاءني. فقال لي: 
ـ أعرني اسمك يا ثقيف.
فقلت: 
ـ هه ! أو تعار الأسماء ؟ 
فقال: 
ـ أجل. 
فقلت: 
ـ وما الداعي ؟ 
فقال: 
ـ حتى أجعل مسافة بيني وبين نفسي.
هكذا إذا باسمي أنا يجعل مسافة بينه وبين نفسه هو! وهو ما لم أفهمه حتى الساعة.
ولما أن حشرني بين شخوصه وألصق بي صفات ليست مني ولا من جدي أو أبي مثل أن قال بأن جدي قال يوما بأن العلم كبش ذبح بين أفخاذ النساء. فقولوا لي: متى التقى هذا الكاتب الآفك جدي الذي رحل قبل ميلاده بخمسين عام ؟ ثم متى كان لي حمار وأنا منذ القرن الماضي لم أركب ظهر برذون البتة ؟ 
ولقد أعياني أمره. فرددت قول الشاعر العربي القديم:

 

اقرأ المزيد:

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10202735768409240&set=a.2466489535509.2119462.1050397145&type=1&theater

Repost 0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 11:21

Montage créé avec bloggif Couverture du recueil

      Le thème central de « Dabka jusqu’à l’aube » est la révolution tunisienne : avant et après le 17 décembre 2010.

1ère partie : Au rythme du nay.

2ème partie : Galops dans les près

3ème partie : Soleil dans la nuit.

Dans ce recueil, sont rassemblés des poèmes écrits entre 2000 et 2011 (68).

J'y’exprime mes émotions en réaction aux vicissitudes du temps, de l’espace et des évènements.

J'y exprime mes peines, mes douleurs, mes craintes, mes peurs, mes inquiétudes,mes joies, mes espérances, mes espoirs, mes luttes et ma révolte … qui sont ceux de tout un peuple… de toute une nation en quête de liberté et en révolution.

 Dans ce recueil, le « je » se fond dans le « nous » en une sorte d’osmose de danseurs qui suivent le rythme de la plainte d’une flûte… un rythme qui monte crescendo dans une tentative de défi…une tentative de plier un destin imposé et imposant pour aboutir à la danse de la victoire de l’ énergie de la vie sur les ombres…

En fait, dans ce recueil, les mots couleurs de cendre et de braise dansent… une dabka en ronde … une dabka entre les consonnes et les voyelles…une interminable dabka pour la liberté… pour la vie…

 Ainsi, avec le dernier poème, qui est une traduction de « La volonté de vivre » d’Abou kacem Chebbi ,le premier étant aussi, celui de Chebbi « Aux tyrans du monde »,  un premier cercle se ferme… et va céder la place au second… puis à un autre… 

Un tournoiement continu…  Telle la dynamique inhérente à la nature des choses et des êtres…  celle qui détermine l’évolution et les changements dans l’univers, dans la vie des individus et dans l’histoire des peuple.

 

"Dabka jusqu’à l’aube" est  disponible à la librairie:

 

« Claire Fontaine »  et  « Al Kitab » à Tunis.

  "La cité des livres" chez Kacem, "Al haditha" et à la librairie "Culturel" (Rue Taieb Mhiri) à Sousse.

   

Samia Lamine.

Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 19:39

http://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/26322_381855555255558_1880658582_n.jpg

 

النسخة الفرنسية من مجلة مجلة الربيع الثقافي Le printemps culturel 
وهي مجلة ثقافية غير ربحية تصدر من المغرب وأروبا
أسسها كل من عبد الواحد مفتاح Abdlwahd Meftah وعزالدين(زين الدين) بوركَة Zindin Zin Bourgaومحمد درقاوي Mohammed Derkaoui 
للتواصل معنا عبر البريد الإلكتروني، نرحب بكل مساهماتكم و إقتراحاتكم
rabie-taqafi2@hotmail.fr

Repost 0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 11:33

يصدر ديوان شعر باللغة الفرنسية لسامية الامين في شهر جانفي 2013.

 .دبكة حتى مطلع الفجر".

الان تحت الطبع

 

 
Dabka jusqu'à l'aube est un recueil de poésie de Samia Lamine qui paraitra  au mois de janvier 2013.  

 (Actuellement sous impression)

couv

Repost 0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 20:48

 

 

LES FIGURES DE STYLE

 

Comparaison, métaphore, personnification, hyperbole, métonymie… sont les figures de style qu'on retrouve le plus souvent dans les textes ou dans les questions (Quelle est la figure de style utilisée ? expliquez-la…). En bas de page, vous trouverez deux liens pour en savoir davantage.

 

On appelle figures de style des procédés d'écriture qui permettent d'exprimer une idée ou un sentiment en leur donnant une force particulière.

 

1. LES FIGURES DE RAPPROCHEMENT ("figures par analogie" ou "images")

 

- la comparaison

On rapproche deux éléments, le comparé et le comparant, en les exprimant tous les deux, pour souligner un point commun, à l'aide d'un outil de comparaison (comme, tel, semblable à, pareil à...)

Le fleuve est  pareil à   ma peine. (Apollinaire, Marie).

(comparé)       outil     (comparant)         

Le point commun du fleuve et de la peine ? Ils sont intarissables.

 

- la métaphore

La comparaison est sous-entendue ; il n'y a pas d'outil de comparaison. On n'exprime pas le rapport qui permet le rapprochement:

Les perles de rosée… (Les gouttes de rosée sont comparées à des perles : le rapprochement s'appuie sur la forme des gouttes et des perles, mais aussi sur leur éclat.)

Lorsque la métaphore se poursuit sur plusieurs propositions ou phrases, on parle de métaphore filée.

 

- la personnification

On attribue à une chose ou à un animal un comportement, un sentiment, une qualité humaine :

Le ciel est en colère (pour parler de l'orage)

 

- l'allégorie (fém.)

On exprime une idée, un sentiment, par une forme concrète, leur faisant perdre ainsi leur aspect abstrait :

Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses, peut gémir. (Desnos, Demain)

 

2. LES FIGURES DE REMPLACEMENT (ou de substitution)

 

- la synecdoque

On désigne un objet par l'une de ses parties : les voiles  pour les bateaux ; on peut également désigner une personne ou un objet par sa qualité : un humain pour un homme, un rond pour une pièce de monnaie ; ou encore l'objet par la matière : un jean (= un pantalon en jean)

 

- la métonymie

Très proche de la synecdoque, avec laquelle on la confond souvent, la métonymie désigne la personne ou l'objet par une association d'idées : l'Elysée pour la présidence de la République ; Matignon pour le chef du gouvernement ; une plume pour un écrivain ; boire une bouteille pour boire une boisson…

 

- la périphrase

On emploie plusieurs mots pour désigner quelque chose ou quelqu'un sans le nommer ; c'est une sorte de définition, de devinette :

L'île de beauté (= la Corse) ; les entrailles de la terre (= les profondeurs du sol) ; à l'heure où blanchit la campagne, V. Hugo (= l'aube)

 

3. LES FIGURES D'INSISTANCE (ou d'exagération, d'amplification)

 

- la gradation

Ce sont des termes généralement de plus en plus forts (pour le sens) qui se succèdent dans une phrase ou dans un vers :

Va, cours, vole, et nous venge ! (Corneille, Le Cid)

 

Ou, plus connu, à propos du nez de Cyrano de Bergerac :

C'est un roc, c'est un pic, c'est un cap.

Qui dis-je c'est un cap, c'est une péninsule. (Edmond Rostand, Cyrano)


Cependant, on distinguera la gradation "ascendante" de la gradation "descendante" : dans la première, les termes sont de plus en plus forts tandis que dans la seconde, les termes sont de moins en moins forts.

Exemple : "Ca dure bien toute une nuit à brûler, un village (...), à la fin, on dirait une fleur énorme, puis rien qu'un bouton, puis plus rien." (Céline)

 

- l'hyperbole (fém.)

On emploie des termes exagérés, trop puissants, pour frapper l'imagination :

Mourir de peur ; se tuer au travail ; une avalanche de cadeaux...

 

- l'anaphore (fém.)

On répète un même mot au début de plusieurs vers ou phrases :


Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent

Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps

Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant (…)

(Aragon, Strophes pour se souvenir)

 

Honte à ceux qu'un ciel pur ne fait pas soupirer
Honte à ceux qu'un enfant tout à coup ne désarme
Honte à ceux qui n'ont pas de larmes
Pour un chant dans la rue une fleur dans les prés 

(Aragon, Cantique à Elsa)


- l'accumulation

On énumère au moyen de la juxtaposition plusieurs éléments de même nature pour approfondir la pensée, l'enrichir ou l'agrandir.

Devant eux, sur de petites tables carrées ou rondes, des verres contenaient des liquides rouges, jaunes, verts, bruns, de toutes les nuances. (MaupassantBel Ami).

 

4. LES FIGURES DE L'ATTÉNUATION

 

- l'euphémisme (masc.)

On atténue une réalité brutale par une expression plus douce :

Il n'est plus très jeune. (= il est vieux.) ; Il n'est plus (= il est mort)

 

- la litote

On dit peu pour exprimer davantage (souvent à la forme négative) :

Ce n'est pas mal = c'est bien. ; Va, je ne te hais point = je t'aime. (Corneille,  Le Cid)

 

5. LES FIGURES DE CONTRASTE (ou d'opposition)

 

- l'antithèse (fém.)

On rapproche deux idées qui s'opposent fortement :

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore

De la splendeur du jour et de tous ses présents (Desnos, Demain)

 

- le chiasme

Expression construite autour de 4 termes, fonctionnant 2 par 2 (le 1er et le 4e, le 2e et le 3e), qui sont de même nature et se répondent.

Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger (Molière, L'avare)

             (1)             (2)              (1)             (2)

 

- l'oxymore ou oxymoron (masc.)

Expression constituée de deux mots apparemment inconciliables de sens, individuellement, (expression donc proche de l'antithèse), mais qui ont un sens quand ils sont associés :

Cette obscure clarté qui tombe des étoiles (Corneille, Le Cid)

La guerre : une boucherie héroïque (Voltaire, Candide)

 

- l'antiphrase (fém.)

On dit, par ironie, le contraire de ce que l'on pense mais le ton employé ou l'expression du visage ne laisse aucun doute sur le sens du message :

Et bien, tu es propre ! (à un enfant qui s'est sali) ; Bravo ! Beau travail... (à quelqu'un qui a échoué).

 

6. LES FIGURES DE CONSTRUCTION 

 

- Le parallélisme 

On utilise une syntaxe semblable (construction grammaticale) pour deux énoncés afin de rythmer une phrase, un vers. Le parallélisme peut être rapproché de la comparaison car on compare, généralement, deux objets, deux idées, en les approchant l'un de l'autre pour mieux faire sentir leurs rapports, leurs oppositions...

Que la nature est belle et que le cœur me fend (Aragon, Strophes pour se souvenir)

Innocents dans un bagne, anges dans un enfer (V. Hugo, les Contemplations)

 

Source de l'article.

 

 

Repost 0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 23:35



Celui qui n'avait jamais vu la mer. JMG Le Clézio.

 LE CADRE TEMPOREL.  

 

                  

      UNE DATE : A la fin du mois de septembre- au début de l’hiver- quand les élèves se sont réveillés –

(Les seules précisions temporelles ancrant les évènements dans le temps)

 

 

LA DUREE :

 

 AVANT LE VOYAGE :  (37 Lignes)

          Le narrateur, au début de la nouvelle, résume les premières années de la vie de Daniel jusqu’aux préparatifs du voyage en 37 lignes. (.environ 15 ans en 37 lignes)

 

 

APRES LE RECIT DU VOYAGE : (37 lignes)

        Les 37 dernières lignes évoquent la durée de l’aventure de Daniel « qu’a t-il fait tous ces jours, tous ces mois ? » et elles résument aussi en quelques lignes ce qui s’est passé au collège pendant l’absence de Daniel : la réaction et l’attitude des adultes, l’inquiétude des élèves et leur complicité secrète avec Daniel dont la fugue suscite leur intérêt.

 

 

LE VOYAGE /  QUETE  : (373 lignes)

             L’absence de Daniel a duré des mois sans précision aucune. Les mois évoqués ne peuvent être comptéS vu le manque d’indices. Ce qui est évident c’est que la clausule nous resitue au collège. Donc, ou bien l’année scolaire n’est pas terminée ou bien c’est d’une autre année scolaire qu’il s’agit.

 

           Par ailleurs, si on suit le cycle du soleil, on croirait que l’aventure aurait duré deux jours : 

·        « la nuit à bord d’un tain)- le départ-(l 77) :
33 lignes- une nuit

·        « Quand il se réveilla, le soleil était dans le ciel » (L100) :
111 lignes- une journée = dilatation du récit .  
                     

·        « pendant le reste de la journée ( L211)……… .dans la grotte- ligne215) :
5 lignes –une nuit .

·        « quand la lumière du soleil apparaissait…. Il se levait et sortit de la grotte » (L 220) :        189 lignes - Une journée = dilatation du récit

 

·        « la lumière du soleil baissa lentement comme une flamme qui s’éteint » (ligne 409)    la nuit arrive.

 

                                                      12 heures +12heures+12 heures+12 heures =   2 jours

 

       Or, l’emploi de l’imparfait et d’autres indicateurs temporels tels que « comme chaque jour » (188), « pendant les premiers jours » (L186), « depuis des jours » (L189), "les premiers jours » (L215) montrent que le narrateur raconte une fois ce qui s’est  passé plusieurs fois. Ceci permet de dire que la quête a duré plus que deux jours.

 

LES ANALEPSES: ( au plus que parfait)

 

·        P 183 « il n’avait rien dit à personne… » les préparatifs-(6 lignes)

·        P184 « cela faisait plusieurs jours qu’il n’avait pas dormi. »

·        P185 il avait imaginé…. »

·        P187 « c’était lui que Daniel avait connu tout de suite le premier jour….. » (la rencontre avec le poulpe) (une trentaine de lignes)

 

 

LE DISCOURS DIRECT :
      Plusieurs interventions directes du personnage permettent de raconter une fois ce qui s’est passé une fois. « La mer ! La mer ! » (2 fois)- « bonjour Wlatt »- et l’interpellation des vagues              « Viens ! Monte…. » (174)-(175)-(177)

 

         Constatations :

1)      Une seule date.

2)      Une durée apparente de la quête (2 j) et une durée réelle (plusieurs mois imprécis).

3)      Une dilatation du récit à plusieurs reprises permet de vivre avec le personnage les moments les plus intenses de son expérience affective et l’interaction de son être avec l’espace.

4)      Des analepses rétrospectives tantôt explicatives (les préparatifs du voyage- ) tantôt introspectives éveillées par un souvenir (la rencontre avec le poulpe- l’évocation  de Sindbad (2 fois)-…

5)      Le narrateur -élève est plus conscient de la durée car c’est lui qui évoque « les mois, les semaines »

 

       Toutes ces remarques nous permettent de dire que le temps réel dans « Celui qui n’avait jamais vu la mer » est celui de la conscience.

EN EFFET, dans cette nouvelle, Daniel vit le temps à travers ses souvenirs, ses émotions, ses sentiments et ses impressions devant la beauté de la nature et le narrateur nous le fait vivre à travers son âme, celle du personnage qui vit comme en rêve cette expérience qui lui fait découvrir « le pays étrange » extérieur en même temps qu’elle le révèle à lui-même.

 

 


       Bref, on peut  conclure que dans cette nouvelle le temps dans « Celui qui n’avait jamais vu la mer » retrace l’activité psychique du héros qui se trouve en même temps en quête de l’espace et de lui-même.

La durée, la date importe peu pourvu d’y arriver et cela peut durer toute une vie : depuis les premières découvertes de l’enfant de 3 ans qui tâtonne les objets autour de sa mère en les mettant dans sa bouche en passant par les premières interrogations des adolescents sur le monde jusqu’à la découverte de soi comme on dit à l’age adulte. Encore faut-il avoir résolu les complexes, les névroses et tous les traumatismes accumulés et refoulés dans notre inconscient.

La quête de soi semble une tâche dure qui peut perdurer toute la vie sans que l’on puisse voir la mer par delà les dunes de sable à moins qu’on décide de ne pas suivre  la politique de l’autruche et d’y aller sinon on risque de continuer toute sa vie dans la prison de l’angoisse comme les amis de Daniel attiré par l’aventure mais incapables d’en prendre le risque. Solution de facilité? Soumission au destin ou au réel ? Ou tout simplement peur de soi ?!

 

Samia LAMINE.

 

A lire aussi: Voir les liens ci-dessous:


La structure de la nouvelle de JMG Le Clézio: "Celui qui n'avait jamais vu la mer"

 

Le cadre spacial dans " Celui qui n'avait jamais vu la mer. (JMG Le Clézio)

Repost 0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 11:56

Celui qui n'avait jamais vu la mer. JMG. Le Clézio.

 

 LE CADRE SPACIAL. 

 

1.      L’ECOLE :

 

La classe—la cour- le dortoir- les bancs-les escaliers-(1ère partie)

 

     L’école, c’est le lieu clos où sont enfermés les élèves et vivent inquiets et que Daniel fuit. Elle se trouve en ville. Et étant contrôlée par un directeur, des surveillants et professeurs, visitée par la police après la fugue de Daniel, et fréquentée par des élèves qui ont les préoccupations des citadins modernes (les femmes, la cigarette, les bains, les bronzages…), on peut dire qu’elle représente la loi, la civilisation, l’ordre et la loi qui brime l’individu et empêche l’épanouissement tout comme la ville que Daniel quitte, dans l’espoir de réaliser son rêve, et que Le Clézio lui même prend en aversion. : « Il était arrivé à la campagne et la ville brillait derrière lui… » (L92)

 

2.     LA MER : La nature

 

          Les déplacements du héros/  L’itinéraire suivi par Daniel de l’école à la mer :

 

 Départ : Dans le wagon du train (p 184-)-« arrivé à la campagne (l92)-la ville brillait derrière lui (l93) -dans la cabane (l95)-jusqu’aux dunes (l101)-à deux cents mètres à peine (l103-)- la pente de sable (l104) -au sommet des dunes (l105-14sont consacrée à la description (lignes))- dans le sable sec (l120)- A quelques mètres (l131)-

 

Arrivée : sur le sable mouillé (l134 - 33lignes)- au bord de l’eau (l163-25lignes)- dans l’eau (l188)-

 

La marée haute : vers le haut de la plage (l192)- accroché au sable(l204)- vers le sable sec(l207)-(210)- sur les dunes(211)- dans la grotte(215)- sortait de la grotte(221)-

 

 La marée basse : il quittait le cap(226)-descendait jusqu’à la plaine (226) -dans un pays étrange (10lignes)-dans les flaques(236) -tout près de la mer(226) -entre les touffes d’algues ((258)- sur les rochers(260)- dans les creux des ares(261)- entre les feuilles(264)- à travers la vitre (265)- au fond d’une crevasse(266)-au creux d’un rocher (257)- au milieu des rochers -sur les tapis d’algues- sur l’eau- sur les pierres(293-294- 56lignes)- sur les rochers plats(350)-

 

 La marée haute : vers le rivage- (362)- au devant de la mer (367)- au sommet des roches (373)- plusieurs lacs (374)- dans la grotte (392)- à l’intérieur de la grotte(394)-

 

 La marée basse : à la sortie de la grotte (407)-

 

              L’observateur des indicateurs spaciaux qui évoquent les déplacements du personnage notent leur abondance mais aussi leur répartition à travers le récit et leur signifiance qui change en fonction de l’interaction de Daniel avec l’espace.

Tout d’abord, on remarque que les lieux sont évoqués comme un espace qui assure le déplacement de Daniel vers « le pays étrange » au début de la quête. Ainsi, il passe de la ville vers la campagne pour se rapprocher de plus en plus du lieu convoité Jusqu’à l’arrivée au bord de la mer. . Mais après, ils deviennent l’objet de l’exploration et c’est alors qu’ ils désignent tous les coins et recoins de l’espace marin « au fond des creux »,entre les feuilles d’algues »,  « à travers la vitre » etc.…qu’ils abondent surtout entre la ligne 221 et 350 lors de la marée basse.

Entre temps, des temps de pause descriptive interrompent le récit des déplacements et de l’exploration) pour céder la place à la description du paysage découvert ou de l’état d’âme du personnage. On a par exemple une pause de 14 lignes (de la l 106…120) et 56 lignes (de la l 293 à350).  Dans ces passages, le narrateur s’attarde sur la description des lieux, certes, mais le plus grand intérêt est donné à l’évocation des sentiments, des émotions, des réaction sensitives et sensorielles du personnages et même des paroles qui ne sont l’expression de ses sentiments et élans lors du contact direct avec la mer, les vagues, le vent, le soleil, sa lumière, son ami le poulpe etc.…

Donc, l’évocation des lieux dans cette nouvelle est la conséquence du désir de découvrir l’espace et de l’explorer mais on note qu’elle aboutit à la découverte de soi. Ainsi, on peut affirmer que la mer qui est convoitée par le héros comme un lieu de rêve est en fait le lieu  du réel puisqu’il mène le héros au monde et à lui même.

 

LA CABANE ET LA GROTTE :

   

Ce sont deux lieux de refuge auxquels Daniel recourt pour se protéger, la nuit ou pendant la marée haute, c’est à dire pendant les moments de peur.  Ceci dit, on peut affirmer que la quête de soi et du monde ne se font pas sans difficultés. Daniel a couru le risque mais ses camarades et le narrateur ne l’ont pas fait. C’est ce qui explique que lui se libère de ses angoisses « il n’avait jamais connu un tel bonheur. Il s’endormit dans la paix » alors que les élèves ne trouvent pas cette sérénité et sombrent dans leur interrogations et inquiétude les phrases interrogatives de la clausule et adverbes d’incertitude en témoignent.

 

L’AMERIQUE ET LA CHINE : (l 411)

 

        Deux noms de pays qui constituent un ancrage référentiel dans la nouvelle et permettent de donner au récit un caractère réaliste alors qu’il se présente comme un récit poétique d’un rêveur imaginatif. L’évocation de ces deux pays par les élèves  prouve qu’ils sont différents de Daniel et qu’ils ont des préoccupations et un caractère plutôt réaliste.

     Cependant, l’intérêt que portent les élèves à l’aventure de leur camarade, qui mène à la découverte du monde et de soi, il est un indice que la quête est pour Le Clézio le destin de Daniel et de celui qui veut échapper à l’angoisse existentielle .

 

L’OPOSITION ENTRE DEUX MILIEUX :

 

         Dans cette nouvelle, Le Clézio met en opposition deux milieux : la nature et la ville (symbolisée par l’école).

En effet, la nature est présentée dans toute sa beauté et fascination, à travers le regard de Daniel, comme un lieu qui procure le bonheur et l’école, comme le lieu de l’enfermement, de l’inquiétude et de l’angoisse que Daniel fuit.

Donc, on peut lire cette nouvelle comme un hymne à la nature qui est l’objet de la quête et de la conquête libératrice.

Samia Lamine (2007).

 

A lire aussi: 

Le cadre temporel dans "Celui qui n'avait jamais vu la mer". Le Clézio.


La structure de la nouvelle de JMG Le Clézio: "Celui qui n'avait jamis vu la mer'

 

Repost 0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 22:37

                  
                                     JMG LE CLEZIO.



                                
 Elle était là, partout devant lui immense, gonflée, comme la pente d’une montagne, brillant de sa couleur bleue,

 profonde, toute proche, avec ses vagues hautes qui avançait vers lui.

 

             « La mer ! La mer ! » pensait Daniel.... ( Celui qui n'avait jamais vu la mer.)

 

 

Celui qui n"avait jamais vu la mer. JMG. Le Clézio. 

 La  structure de la nouvelle

 

 

Avant le départ                  (37 lignes)-

Le départ et la quête          (373lignes)-

Après le récit du voyage.  (37lignes)

 

Le récit progresse en fonction du désir du héros qui   part en quête d’un lieu inconnu qui est l’objet de ses rêves et que la partie centrale (lieu de la réalisation du désir) est encadrée par le lieu où vivait Daniel dans l’inquiétude et où les élèves restent et continuent à vivre inquiets.

 

 La vie au collège : Avant le voyage

 La quête et la réalisation du rêve : La découverte de la mer (le manque est réparé) Le voyage

 La vie au collège :Après le récit du voyage)

L 1                         L 37                                                                                    L 410 …l447                   

 


L 1 0 à 37 :
Daniel élève, différent des autres au collège, manque de joie. (AVANT LE VOYAGE)

 

L 37 à 410 :   LE RECIT du VOYAGE (373lignes)

 

                     - Réactions suite au départ de Daniel

                     -Départ en train

                     -En route à pieds vers la mer.

                     -Découverte de la mer. L 106à 409 :

 1) Arrivée près de la mer (joie)

 2) Au bord de la plage : La marée haute (Fuite) –

 3) La marée basse : Découverte des secrets de la mer et plaisir de l’amitié-

4) La marée haute (Fuite)-

5) La marée basse : Découverte d’autres secrets et joie de la découverte.

6) La marée haute (Fuite) –

7) La marée basse: Paix de  l’âme et bonheur.

 

L 410 à 447 : Le narrateur et les élèves inquiets, au collège, pensent à Daniel devenu objet de leur rêve.

 

          L’étude de la structure de la nouvelle montre que le héros est Daniel puisqu’il a un programme à réaliser et que la découverte de la mer, qui constitue le rétablissement du manque, est en fait une découverte du monde et des secrets qu’il cache. En effet, Daniel se livre à l’exploration du monde marin quand la marée est basse, que tout est dénudé devant ses yeux et que plus rien n’est caché.

Par ailleurs, on remarque que cette quête, qui ne se fait pas sans difficultés (les fuites), permet à Daniel de connaître des joies, des plaisirs et un bonheur inconnus. Donc, on peut dire que la découverte du monde aboutit à la découverte de soi et de tout ce qui est BEAU en l’homme !

Aussi, on note que cette partie centrale dilatée (374 lignes) est située entre deux passages courts (37+37lignes) et un même lieu, au début et à la fin, où règne une atmosphère d’angoisse et d’inquiétude, à l’image du monde dans lequel nous vivons. Ceci permet de dire qu’à travers cette nouvelle, Le Clézio trace le chemin à suivre pour s’approprier un monde qui se réduit à RIEN si on ne tente pas de le découvrir : les élèves qui ne sont pas sortis du collège sont restés dans l’inquiétude mais « le pacte conclu sans le savoir avec Daniel », comme dit le narrateur à la fin, est la preuve que la quête de Daniel est leur destin et celui de tout homme.

             Enfin, et comme dans la nouvelle le voyage de Daniel est présenté en tant que récit d’une quête, on  peut en déduire que pour Le Clézio l’appropriation du monde se fait à travers l’expérience de l’écriture.

 

 LAMINE SAMIA. (2007) 

A lire aussi: JMG. LE CLEZIO. "Celui qui n'avait jamais vu la mer." :

Le cadre temporel.

Le cadre spacial.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

174 836 (Dernière mise à jour:23/ 08/ 2017

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)