Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 07:26

1-

Et Sarab* dit

Sur un ton plein de reproches

Tandis que dans ses prunelles rayonnait une question :

-Oh, père !

Pourquoi te vois-je ainsi brisé

Tel un ganga épuisé par la ruine ?

Pourquoi te vois-je triste

Comme une « Daglaya»* dans l’extrême nord

Qui gémit de froid 

Et qui se plaint de l’orphelinat et de l’exil

Père que se passe t-il ?

Que t’arrive t-il ?

Tu es près de moi mais… combien je te sens loin !

Tu es mon père mais combien tu me sembles étranger !

2-

Sarab,

 Ô ! Elexir de l’âme dans les années de la douleur,

Ton père est ébranlé…

Le temps bâtard des arabes l’a détruit

Et l’a réduit en fantôme dans un pays où niche la ruine.

3-

 Sarab,

 L’oxygène de ton père est humiliation

Sa nourriture… humiliation

Ses boissons… humiliation

Son réveil… humiliation

Son sommeil… humiliation

Et son histoire est scandale, oppression et spoliation… !

4-

 Sarab,

Ton père aime la vie

Et le désir de vivre…

Le simple gémissement d’une flûte…  trouble son coeur…

Et le sourire d’un enfant

Et la goutte de pluie

Et l’éclat des éclairs qui déchire les nuages

Mais, ils ont enchaîné son poulain

Et ils ont brisé ses lances

Et  ils ont brûlé son poème

Et ils ont dissipé ses rêves.

5-

« Sarab »,

Ton père descend de vrais hommes…

Ton père descend des cavaliers et des poètes révoltés.

Ton père a vu son visage vautré dans la boue.

Ton père a vu des horreurs qui feraient basculer les hautes cimes

Et horrifier les éclairs, les tonnerres et les tempêtes…

Et même les volcans

Et même le flux des torrents !

6-

 Sarab, 

 Ô ! Ma chérie et ma compagne de route !

Sarab,

 Ô ! Toi ma consolatrice dans les nuits de la douleur !

Ton père les a vus, un soir, à Baghdad, démolir le Palais « Errachid »

Et dormir dans la mosquée « Hanafite »

Et jeter dans le Tigre le plus précieux des livres…

Ton père a vu Al Moutanabi gisant par terre

Sans rien, autour de lui... mais des mouches… mais des loups.

Ton père a vu « Leila » épouvantée…sans « Kais ».

Elle criait… Elle criait…

Mais personne ne lui répondait…

Un horrible silence remplissait l’espace… De la mer à la mer…

On n’y entendait rien… Pas même l’aboiement des chiens…

7-

Sarab,

 Ô ! Prunelles de mes yeux.

Ô ! Basilic de mon âme.

En ce temps de la stérilité, des braises et des stratégies guerrières.

Ton père les a vus en Tunisie, un certain matin.

Ils avaient jailli du terrier de la mort,

Les cheveux ébouriffés

Et le visage empoussiéré.

Ils n’étaient rien… rien que des barbes et des Nikabs.

Rien… ils n’étaient rien que la saison de la ruine !

Ton père les a vus

Avec sur leur tête le drapeau de l’obscurité,

Et aux mains le discours d’un livre.

Il les a vus démolir l’édifice de la civilisation

Et faucher la tête des lions

Et celles des douces gazelles

 Avec leur si mauvais sabres.

Ton père les a vus ivres de sang

Et il les a vus applaudir la ruine !

Sarab, mais

Comment sont- ils sont venus ?

De quelles tombes sont- ils sortis ?

Et comment se sont-ils infiltrés entre les peaux et les habits ?

Réponds…

Réponds…

Ma petite « Souraybou ».

Oh, ma petite… je deviens fou !

8-

Sarab, chérie de mon cœur,

Ma compagne de route,

Ton père a les yeux… crevés[1].

Guide- le ! Sois sa boussole dans le désert

Et sa boussole dans les vallées !

9-

Et me voyant si brisé,

Effrayée de me voir dans le noir

Sous un ciel sans météores,

Sarab dit :

Père ! Je ne t’abandonnerai jamais…

« Nous extirperons la mort de notre terre

Quand bien même ils allumeraient le feu dans nos corps

Quand bien même nous déchireraient les fouets [des chiens]"[2]»

 

Mohamed Hamdi (Traduit de la'arabe par Samia Lamine)


1) Référence à Œdipe.

2) Extrait adapté du poème du poète palestinien Mouiin Bsissou. Dans le texte original, Bsissou évoque « les fouets des tyrans ».

 *Sarab: Nom propre féminin signifiant "mirage". C'est le prénom de la fille du poète.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

212 559    (Dernière mise à jour: 23.04. 2019)

Recherche


compteur gratuit

Archives

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)