Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 10:09

Un film d'horreur... La voix des peurs, de toutes les inquiétudes et de toutes les questions... Un cauchemar apocalyptique!
Panique. Effarement. tremblement. Palpitation. Terreur. Toute en sueur. Je jette la couverture par terre. Je saute sur le paquet de cigarettes comme une folle. J'essaye avec mon briquet d'allumer ce qui me tuera un jour mais elle glisse entre mes doigts que je suis incapables de contrôler. Le thermos sur la table de nuit a peur que je ne le voie par peur de connaitre le sort de la cigarette et du briquet vert tombé par terre. 
Les murs blancs me regardent en silence. Sans rien dire. (...)


Mais, la lumière traversant la fenêtre oubliée ouverte toute la nuit, les oiseaux qui chantent dehors, le doux miaulement de mon compagnon Kattous au regard étrange, les aboiements du chien des voisins, le ciel bleu matinal et les feuilles vertes dont me séparent les barreaux me rappellent qu'il y a un bel univers autour de moi dont je fais partie, dans ce monde de loups pensant. Et... me reviennent les célèbres vers de Lamartine "La nature est là qui t'invite et qui t'aime/ Plonge- toi dans son sein qu'elle t'ouvre toujours."


Mais, mon coeur bat encore très fort. Et il bat encore plus fort quand certaines images de ce film diurne me reviennent...
Heureusement, il y a mon ami qui ne me quitte jamais: mon pc.
Mais, m

on coeur bat encore très fort...
Le réel? Un songe? Une illusion? Ou une prémonition?
Mon coeur bat encore très fort... très fort...
Des larmes douces et chaudes câlinent mes joues et me font un doux bisou.
Mais, mon coeur bat encore très fort.

SAMIA LAMINE. (24- 04- 2019 à 9h30)

Partager cet article

Repost0
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 11:13
DEUIL ET DESTIN.

        Si son enfant avait vécu, il aurait eu aujourd’hui vingt ans. Etant intelligent, sérieux et studieux, il aurait, déjà, eu son bachot. Il aurait rencontré une jeune fille qu’il aurait aimée et comblée de sa verve de jeune adolescent ; Son cœur était si tendre, si affectueux et si attentionné malgré les épreuves imposées par le destin géographique.
        
        Chaque jour, Sitt Amall* se lève le matin, porte le regard vers le ciel, fait ses ablutions puis, après le « assalamou aleykom »* annonçant la fin de toute prière, elle dirige ses yeux vers le mur où le portrait de son enfant la regarde vivre depuis huit ans.
        Elle s’effondre en larmes, comme à chaque fois qu’elle le revoit entrain de jouer, comme chaque fois qu’elle le revoit réviser ses leçons, comme chaque fois qu’elle le revoit dormir tel un ange. Ainsi, Amall vit entre son quotidien : les travaux ménagers, l’éducation de ses enfants et les souvenirs.
          Depuis huit ans, les cheveux de la quadragénaire perdent chaque jour de leur couleur noire, chaque jour son visage creuse un sillon de plus et ses yeux s’enfoncent davantage. Après son dernier accouchement du garçon qui, aujourd’hui, porte le nom de son frère martyr, le corps de la jeune dame s’est amolli et affaibli. En la voyant, on croirait une vieille qu’un siècle a vue déchoir et dégénérer.
        Aurait-elle connu un autre sort si le cadavre de son fils, arraché subitement à la vie, n’avait pas été ramené baignant dans son sang pareil à un oiseau que de terribles yeux chasseurs avaient visé ? Sûrement, les souffrances de vivre dans le ghetto noir auraient été adoucies par son sourire, ses jeux et ses rêves…


        C’était le 30 septembre 2000, au Carrefour, rue Salaheddine, à proximité de la colonie de Netzarim, dans la Bande de Gaza, que le corps de Mohamed Dorra a été perforé par des balles criminelles… Elles avaient violé et volé son enfance, son innocence et la jeunesse de sa mère…tout comme le village Oued Hanna que son grand père paternel avait dû quitter en 48 pour le camp d’ Al Barij où sa famille endeuillée a reçu les condoléances dans le silence des uns, les cris déchirants des autres et les « you- you » de certaines.                                                                                              Ce jour là, le petit était parti, avec son père Jamel, acheter une voiture. Sur le chemin du retour à la maison, à cause des tirs dans le carrefour, le taximan les avait obligés à descendre. Et ils avaient dû continuer le chemin à pieds…
        
        Mohamed avait toujours rêvé de devenir médecin pour soigner les blessés ou architecte pour concevoir les maisons à reconstruire dans son pays colonisé…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samia Lamine© 2009

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

212 559    (Dernière mise à jour: 23.04. 2019)

Recherche


compteur gratuit

Archives

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)