Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 14:46
                                                                        

 

                                   SOUS LE CIEL GRIS.



Sous le ciel gris, je traîne ma peine ;
Et la pluie fine chante ma veine.
Sous le ciel gris, en voyant la pente,
Mes pleurs pleuvent et les tourments me hantent.

Sous le ciel gris, mon âme s’écoeure ;
Et le vent doux gémit dans mon cœur.
Sous le ciel gris, oyant un triste enfant,
Mon teint blêmit et mon corps se fend.

Sous le ciel gris, je sonde l’éclaircie;
Pour qu’un rayon éclaire la vie !
Sous le ciel gris, je prie l’espérance,
Pour que le monde enterre ses transes!

Sous le ciel gris !

 

© 2008 Samia Lamine

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 21:13





                        AH! LA FETE PERLEE!



Ah!
Douces et tendres perles.
Une coule sur mon cil,
L’autre … sur mon sourcil…

Après les plages et les bronzages,
Les promenades sur les beaux rivages,
Les soirées estivales et leur charme,
Ah !
Les premières larmes.

Ah !
Une goutte sur mon doigt,
Une autre… sous mes pas…

Siroco, canicule tout l’été,
Le Soleil brûlant a tout enflammé,
La terre s’est embrasée,
La terre est assoiffée
Comme un p’tit bébé délaissé.

Ah !
Encore une goutte
Et puis…
Tant d’autres encore… Et encore…

Les pieds embourbés.
Cheveux et joues mouillés.
Les vêtements au corps collés.
Ah !
La fête perlée !
La joie et la beauté !

L’enfant et la mère cajolés,
L’enfant et la mère enivrés,
L’enfant et la mère nourris.
Ah ! Les tièdes ondées de pluie !



© 2008 Samia Lamine

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 20:24

                                                          
                                                         MES QUATRE SAISONS.



                                                         


Automne.

Y a plus de cigales qui chantonnent.
Les nuages dans le ciel moutonnent.
Un chat gris pelotonne, ronronne.
Ici, les feux crépitent et bourdonnent,
Là, on violone « Les Feuilles d’Automne »,
Dehors, un oiseau gémit, fredonne,
Et, moi, mon cœur pleure, monotone.


Hiver.

La ville meurt sous le couvercle, si obscure.
Les arbres geignent sous le givre et ses tortures.
Les éclairs déciment la cime et la déchirent.
Ici, les murs muets endurent un mal si dur,
Là, le vide dessine une vie qui expire,
Dehors, les cloches funèbres sonnent le glas,
Et mon corps, ce cadavre, gît sous son amas.



PRINTEMPS.

Le zénith azuré embrasse la ville.
L’astre du jour caresse mon jardinet.
Le baume matinal émerveille avril.
Ici, un Boticelli printanier,
Là, la voix de Farid me chante « Arrabi »,
Dehors, les hirondelles font leurs nids,
Et mon cœur, charmé, danse dans ce ballet.


ETE.

Les rivages exhalent une marine iodée.
Le beau soleil fait les teints basanés.
Le crépuscule est un paradis rêvé.
Ici, le zéphyr effleure ma chair,
Là, un bouquet de roses exalte mon cœur,
Dehors, le jasmin répand sa senteur,
Et mon âme, sans ailes, frise l’éther.




© 2008 Samia Lamine

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 10:57

           





DYNAMIQUE DE LA VIE ROSE.



La vie et ses délits nous assaillent
Lacèrent nos corps et nos entrailles.

MAIS,

Belle,
Toujours, belle est la vie

Malgré les vents,
Malgré les tourbillons,
Malgré les bataillons,
Malgré les étroits colimaçons,
Malgré les regards perçants,
Malgré les périls torturants,

Malgré tout,
Belle,
Toujours, belle est la vie.


Oui,
Chaque matin, le soleil lumineux rejaillit.
Après la grisaille, après la pluie,
L’arc irisé égaye le zénith et l’horizon.
La nuit sinistre est infestée par les lugubres hululements
MAIS,
À l’aube,
Colombes et pigeons reprennent leur élan
Et dès lors, fusent de toute part les beaux chants.
Certes, jamais, le noir ne devient blanc,
Mais les fleurs poussent près des décombres et des ossements.

Rien ne stagne. Tout est dynamique.
Tout est mouvement. Rien n’est statique.

Oh ! Hommes altérables,
Pourquoi accuser le sort inéluctable ?
Pourquoi regarder les précipices et les puits
Alors que l’espace et le temps sont infinis ?

Si les souvenirs, au passé, nous serrent,
Les blessures du jour sculptent nos cœurs,
Nous forgent, nous arment contre les douleurs
Et ouvrent les portes des prochaines heures.
C’est ainsi qu’on vit, Apprentis de la nuit de la vie.


Malgré les vents,
Malgré les tourbillons,
Malgré les bataillons,
Malgré les étroits colimaçons,
Malgré les regards perçants,
Malgré les prérils torturants,


Malgré tout,
J’aime la vie.
Malgré tous ses délits
J’aime la vie.
Malgré tous nos cris

 

 

 © 2008 Samia Lamine

 

 

 

 

 

 

 

 




 
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 03:37

          

 

 

 CYCLES EN SPIRALE.

                                                                                                                                                                                                                                                                           .                                                                     

Quand sa majesté, la lune, resplendit dans la nuit ;

Nos  rêves déploient leurs ailes vers la clarté sidérale.

Alors que la musique cosmique s’exécute en spirale,         

Les hommes, pensifs, songent aux jeux de la vie :

 

 

Jeux d’échecs ruinant et engloutissant,

Jeux de la balançoire de la vie tourbillonnants,

Jeux de l’oie du tout possible et probable.

Jeux  des lois énigmatiques et inexplicables.

 

 

Mais, quand, à l’aube, son excellence pose sa couronne,

Et que  sa fulgurance et sa nitescence sont estompées,               

La tête des dormeurs paresseux bourdonne.                     

Mais celle des rêveurs veilleurs, est éclairée :

                       

 

Le soleil  d’Apollon les a éprouvés ;                 

Et ses rayons ont insufflé à leur corps épuisé

Toute l’énergie et toute la vitalité d’un zénith illuminé,

Toute l’espérance et toute la sagesse naissant de ses jets.                                

 

                                                                                               

                                                                                     

                                                                        

           

 

                                                                                                                                  C

                                                                               Y

                                                         R  A  L E. . . C. .

                                                      I                        L   .

                                                     P                        E    .

                                                       S                  S           .

                                                             N   E                   .

                                                                                         .

                                                                                        .

                                                                                    .                                                                

                                                                              .

                                                                       C  

                                                                           Y

                                                         R  A  L E. . . C. .

                                                      I                        L  .

                                                     P                       E    .

                                                       S                S           .

                                                             N   E                 .

                                                                                     .

                                                                                 .

                                                                            .

                                                                       .

                                                               .

  

 

         © 2008 Samia Lamine

                                                                 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

212 559    (Dernière mise à jour: 23.04. 2019)

Recherche


compteur gratuit

Archives

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)