Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 20:46

 

PARLER POUR NE RIEN DIRE( Raymond Devos)

 


Mesdames et messieurs ... je vous signale tout de suite que je vais parler pour ne rien dire. Oh! Je sais! Vous pensez: « S'il n'a rien à dire ... il ferait mieux de se taire! » Évidemment! Mais c´est trop facile! ... C´est trop facile! Vous voudriez que je fasse comme tout ceux qui n´ont rien à dire et qui le garde pour eux? Eh bien, non ! Mesdames et messieurs, moi, lorsque je n´ai rien à dire, je veux qu´on le sache! Je veux en faire profiter les autres! Et si, vous-mêmes, mesdames et messieurs, vous n´avez rien à dire, eh bien, on en parle, on en discute! Je ne suis pas ennemi du colloque. Mais, me direz-vous, si on en parle pour ne rien dire, de quoi allons-nous parler? Eh bien, de rien! De rien! Car rien ... ce n´est pas rien La preuve c´est qu´on peut le soustraire. Exemple: Rien moins rien = moins que rien! Si l´on peut trouver moins que rien c´est que rien vaut déjà quelque chose! On peut acheter quelque chose avec rien! En le multipliant Un fois rien ... c´est rien Deux fois rien ... ce n´est pas beaucoup! Mais trois fois rien! ... Pour trois fois rien, on peut déjà acheter quelque chose! ... et pour pas cher! Maintenant, si vous multipliez trois fois rien par trois fois rien : Rien multiplié par rien = rien. Trois multiplié par trois = neuf. Cela fait rien de neuf! Oui ... Ce n´est pas la peine d´en parler! Bon! Parlons d´autres choses! Parlons de la situation, tenez! Sans préciser laquelle! Si vous le permettez, je vais faire brièvement l´historique de la situation, quelle qu´elle soit! Il y a quelques mois, souvenez-vous la situation pour n´être pas pire que celle d´aujourd´hui n´en était pas meilleure non plus! Déjà, nous allions vers la catastrophe nous le savions ... Nous en étions conscients! Alors, je vous pose la question, mesdames et messieurs: Est-ce en remettant toujours au lendemain la catastrophe que nous pourrions faire le jour même que nos l´éviterons? D´ailleurs je vous signale entre parenthèses que si le gouvernement actuel n´est pas capable d´assurer la catastrophe, il est possible que l´opposition s´en empare !
Partager cet article
Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 17:01







« Le rire est une bouée de sauvetage. »

[Michel Serrault]

 

MAIS

 

« Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter. »

 

[Raymond Devos]



 

Rions ! Rions ! MALGRE TOUT !    HEU! SOYONS SERIEUX! RIONS!

 

 


 

SANS DESSUS-DESSOUS. (Raymond Devos)

 

Actuellement, mon immeuble est sens dessus dessous. Tous les locataires du dessous voudraient habiter au-dessus! Tout cela parce que le locataire qui est au-dessus est allé raconter par en dessous que l'air que l'on respirait à l'étage au-dessus était meilleur que celui que l'on respirait à l'étage en dessous! Alors, le locataire qui est en dessous a tendance à envier celui qui est au-dessus et à mépriser celui qui est en dessous. Moi, je suis au-dessus de ça! Si je méprise celui qui est en dessous, ce n'est pas parce qu'il est en dessous, c'est parce qu'il convoite l'appartement qui est au-dessus, le mien! Remarquez . . . moi, je lui céderais bien mon appartement à celui du dessous à condition d'obtenir celui du dessus! Mais je ne compte pas trop dessus. D'abord parce que je n'ai pas de sous! Ensuite, au-dessus de celui qui est au-dessus, il n'y a plus d'appartement! Alors, le locataire du dessous qui monterait au-dessus obligerait celui du dessus à redescendre en dessous. Or, je sais que celui du dessus n'y tient pas! D'autant que, comme la femme du dessous est tombée amoureuse de celui du dessus, celui du dessus n'a aucun intérêt à ce que le mari de la femme du dessous monte au-dessus! Alors, là-dessus ... quelqu'un est-il allé raconter à celui du dessous qu'il avait vu sa femme bras dessus, bras dessous avec celui du dessus? Toujours est-il que celui du dessous l'a su! Et un jour que la femme du dessous était allée rejoindre celui du dessus, comme elle retirait ses dessous ... et lui, ses dessus ... soi-disant parce qu'il avait trop chaud en dessous ... Je l'ai su parce que d'en dessous, on entend tout ce qui se passe au-dessus ...Bref! Celui du dessous leur est tombé dessus! Comme ils étaient tous les deux soûls, ils se sont tapés dessus! Finalement, c'est celui du dessous qui a eu le dessus!

Partager cet article
Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 21:03



POUR rigoler en cette fin de journée, je dédie à mes amis, ce sketch de Raymonds  Dévos.
RIONS, AMUSONS-NOUS, DELASSONS-NOUS !




                                                             ......................................................



 

Depuis quelque temps, mon chien m'inquiète...

Il se prend pour un être humain, et je n'arrive pas à l'en dissuader.

Ce n'est pas tellement que je prenne mon chien pour plus bête qu'il n'est...mais que lui se prenne pour quelqu'un, c'est un peu abusif !

Est-ce que je me prends pour un chien, moi ?

Quoique... Quoique...

Dernièrement, il s'est passé une chose troublante qui m'a mis la puce à l'oreille !

Je me promenais avec mon chien que je tenais en laisse...

Je rencontre une dame avec sa petite fille et j'entends la dame qui dit à sa petite fille :

"Va ! Va caresser le chien !"

Et la petite fille est venue... me caresser la main !

J'avais beau lui faire signe qu'il y avait erreur sur la personne... que le chien, c'était l'autre... la petite fille a continué de me caresser gentiment la main...

Et la dame a dit :

"Tu vois qu'il n'est pas méchant !"

Et mon chien, lui qui ne rate jamais une occasion de se taire... a cru bon d'ajouter :

"Il ne lui manque que la parole, madame !"

Ca vous étonne, hein ?

Eh bien, moi, ce qui m'a le plus étonné, ce n'est pas que ces dames m'aient pris pour un chien... Tout le monde peut se tromper !

... Mais qu'elles n'aient pas été autrement surprises d'entendre mon chien parler...!

Alors là...

Les gens ne s'étonnent plus de rien.

Moi, la première fois que j'ai entendu mon chien parler, j'aime mieux vous dire que j'ai été surpris !

C'était un soir après dîner.

J'étais allongé sur le tapis, je somnolais... Je n'étais pas de très bon poil !

Mon chien était assis dans mon fauteuil, il regardait la télévision... Il n'était pas dans son assiette non plus ! Je le sentais ! J'ai un flair terrible...

A force de vivre avec mon chien, le chien... je le sens !

Et, subitement, mon chien me dit :

"On pourrait peut-être de temps en temps changer de chaîne ?

Moi, je n'ai pas réalisé tout de suite !

Je lui ai dit :

"C'est la première fois que tu me parles sur ce ton !

Il me dit :

"Oui ! Jusqu'à présent, je n'ai rien dit, mais je n'en pense pas moins !"

Je lui dis :

"Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?"

Il me dit :

"Ta soupe n'est pas bonne !"

Je lui dis :

"Ta pâtée non plus !"

Et, subitement, j'ai réalisé que je parlais à un chien...

J'ai dit :

"Tiens ! Tu n'es qu'une bête, je ne veux pas discuter avec toi !"

Enfin quoi...

Un chien qui parle !

Est-ce que j'aboie, moi ?

Quoique... Quoique...

Dernièrement mon chien était sorti sans me prévenir... Il était allé aux Puces, et moi j'étais resté pour garder la maison. Soudain... j'entendis sonner. Je ne sais pas ce qui m'a pris, au lieu d'aller ouvrir, je me suis mis à aboyer !

Mais à aboyer ! Le drame, c'est que mon chien, qui avait sonné et qui attendait derrière la porte, a tout entendu !

Alors, depuis, je n'en suis plus le maître !

Avant, quand je lui lançais une pierre, il la rapportait ! Maintenant, non seulement il ne la rapporte plus, mais c'est lui qui la lance ! Et si ne la rapporte pas dans les délais... Qu'est-ce que j'entends !

Je suis devenu sa bête noire, quoi !

Ah ! Mon chien, c'est quelqu'un !

C'est dommage qu'il ne soit pas là,

il vous aurait raconté tout ça mieux que moi !

Parce que cette histoire, lorsque c'est moi qui la raconte, personne n'y croit !

Alors que...

Lorsque c'est mon chien...

Les gens sont tout ouïe...

Les gens croient n'importe qui .

Raymond DEVOS

Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 20:05
NUIT BLANCHE.


Un p'tit moustique dans la nuit me pique ;
Il trouble mon bon sommeil onirique
Et m’expatrie d’un rêve fantastique.
Soudain, je tique d’un bond hystérique ;
Il me siffle son horrible musique ;
Rompt le silence de la nuit mutique.

J’ouvre le box magique numérique
Pour voir un film comique et non tragique.
Mais je me trouve devant TITANIC ;
J’oublie ce qui me pique et ma panique :
Je rêve avec les derniers romantiques.
Et même, avec les amoureux antiques.
Du temps des belles amours idylliques,
Du temps des fortes passions platoniques.

Tout à coup, un court circuit électrique
Me soustrait à ce beau monde utopique
Et acclame l’ère technologique
Où se vantent le sexe et le physique,
La mécanique et puis, la robotique.
Une bougie, un chandelier antique
Me replongent dans l’époque archaïque
Et éveillent le penchant qu’on critique
Aujourd’hui, de façon tant ironique.

Je sais que ma pensée est un peu hic
Ni In ni Chic mais Tac-Tic du Tic-Tac.

Samia Lamine  © 2008
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 11:01

     

                           JOURNEE D’UNE FEMME.

 


-Bébé, tête maman et tais-toi
Joue avec ton nounours, laisse-moi
Touch’ pas mes affaires, arrêête
Poz’ pas d’questions, m’casse pas la tête

Maman a tant et tant à faire :
Ménag’, cuisin’ et tant d’ misères
Avant d’aller chez le coiffeur
On l’attend à la soutenance d’un master

Papa est encore au boulot
Sais plus quoi faire avec ce macho
Il va r’venir pour la bouffe et dodo
Il va s’enfouir dans ses journaux

Oh ! Mon dieu Oh ! Ma mère
Que faire ? Que vais-je faire ?
Quand finira ce calvaire
D’ l’enfant et de son père
Oh ! Toi, bébé qui crie
Tiens prends ton biberon
Fichtre! Regarde la télévision !

Oh ! Bébé mais t’as de la fièvre
-Allo ! Toubib viens voir ma chèvre…

-Ah ! Mon chéri, mon enfant !
Maman ne quittera pas la maison
Maman t’adore viens dans mes bras
Elle restera et ne sortira pas.
Mon minet, mon chéri
Papa n’va pas avoir d’appétit
Avant qu’ tu n’ sois guéri
Pour moi l’ coiffeur c’est fini
Allez mon chou souris !

Et quand monsieur est arrivé,
Ses chéris, il a embrassé
Stétho et thermo, il a sorti
Fervex, Aspégic et piqûres
Alors, le petit se rétablit
Tant mieux rien ne perdure.                                                                                                                        

Maman va chez son perruquier
Puis, accourt à l’université
Papa cajole son minet
Jusqu’au retour de sa femme aimée.

La soirée se passe aux chandelles
L’enfant, le père et sa belle.

 

 

 

 

  Samia Lamine.

                    

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

212 559    (Dernière mise à jour: 23.04. 2019)

Recherche


compteur gratuit

Archives

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)