Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 01:15

game-over

 

1) Juste après sa première réunion, le nouveau gouvernement de transition a pris des décisions pour les lesquelles des générations ont combattu en vain, jusqu'à la révolution déclenchée par l'immolation de Bouazizi. En effet, il a été décidé que soient libérés tous les détenus politiques et d'opinion. 1800 manifestants de plus.

 

2) Dans plusieurs villes, des policiers ont rejoint les manifestants pour partager leur colère. Purification et rachat.(Vendredi 21 janvier)

 

3) Le ministre de l'intérieur apparait à la télévision avec un visage différent , souriant et avec une voix plutot relachée par rapport à sa première apparition où le pauvre a failli prononcé le mot martyr mais , si vite un " ch..." de " chouhada" a été refoulé. Auujourd'hui, il s'adresse suppliant le peuple de patienter quelques mois. Mais, je pense que ces quelques mois serviront aux anciens du régime déchu de se reconstituer et de se préparer pour la contre révolution. Ne pas s'y fier. Il n'y a que les bêtes qui ne change pas! (21 janvier)

 

4) Avant le départ de Ben Ali  (14/01), le NET fortement censuré , s'est dévérouillé. Ammar 404 est mort. Allah akbar!

 

5) Après la fuite de BEN Ali, la presse écrite et audio-visuelle a changé de discours et de look. On y voit des journalistes prêcher la liberté et condamner Ben Ali, eux qui étaient ,durant une décennie, ses portes paroles. Les fées seraient venues en Tunisie avec leur baguette magique!

 

6) Beaucoup de ministres et de personnalités politiques ont démissionné du RCD croyant calmer l'opinion publique et les convaincre de leur bonne foi. Mais leur démission, changera t-elle leur esprit et leurs pratiques?

 

7) Le comité centrale du parti de Ben Ali (RCD) s'est dissolu. Encore des pas en arrière! (Jeudi 20 Janvier.)

 

8) Les universités et les lycées seront ouverts la semaine prochaine suivant calendrier précis. Y en a marre des enfants à la maison et dans les rues Tous à la garderie!

 

9) Dans les mosquées, les imams ont été ordonnés à prononcer la prère de l'absent. Les morts retrouvent une place

réservée, jadis, à zinochet!

 

SAMIA LAMINE (21 janvier.)

Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 20:25

 

La révolution tunisienne... Quand la volonté guide le peuple.

 

game-over.jpg                                                                             

                                                                  

Jusqu'aux dernières heures avant 20 heures, le peuple tunisien n'a pas arrêté de manifester pacifiquement dans les rues. Pourquoi se demande t-on? Ben Ali est parti, dirait-on et un nouveau gouvernement a été formé en début de semaines avec quelques ministres de l'opposition (3 portefeuilles).

 

En fait, si Ben Ali n'est plus là, les bras qui l'avaient servi sont encore au pouvoir. Comment faire confiance aux agents de la dictature? Quand bien même ils auraient démissionné du RCD, leur mentalité demeurera. Les esprits et les bras de ceux qui ont limogé l'éclosion du peuple tunisien pendant des décennies doivent disparaitre expliquent les jeunes. Et certains autres ajoutent qu'ils ne peuvent pas leur faire confiance eux qui étaient à l'origine de l'immolation de Bouazizi et de tant de jeunes qui se sont jetés dans l'inconnu des mers pour chercher une éventuelle issue à leur destin dans les pays au nord de la méditerrannée. Et d'autres encore accusent les anciens du régime déchu d'être tous des voleurs d'argent, d'esprit et de vie.

  voleurs--la-presse-.jpg

Que veulent, en fait les tunisiens? Les jeunes qui ont fait la marche révolutionnaire depuis plus d'un mois, et continuent, et les moins jeunes qui ont préparé la révolution par leur combat, leurs luttes contre deux grandes dictatures de 1956 à 2010 et par leurs sacrifices ( emprisonnement, exil, censure de tout ce qui peut donner de l'oxygène aux esprits, marginalisation d'au moins deux générations de jeunes dans le pays retranchées à toute vie civile etc...), tous  veulent tout changer et veulent pour la Tunisie un nouveau visage. Car pendant leur souffrance, endurance et asphyxie, d'autres parmi les destouriens jouissaient de tous les privilèges :  les fonctions, les promotions, les richesses, le pouvoir.  Tous les avantages et tous les profits revenaient aux membres du RCD: du chef de parti au plus simple indic et mouchard. Tous servaient leurs intérêts et le régime de Ben Ali.

                           

Donc, on comprend qu'ils aspirent à la rupture totale avec l'ancien régime et ses symboles ( le gouvernement, le parti et toutes ses structures, et le parlement).En échange, ils appellent à la démission du gouvernement actuel et à la création d'un conseil qui comprendra des personnalités compétentes et intègres parmi les personnalités politiques ou indépendantes. Ce conseil sera chargé de nommer le gouvernement d'union nationale, de préparer la nouvelle constitution, de gérer le pays auprès du gouvernemnt et de préparer les éléctions. Et le prétexte du vide que causerait le départ de millier de destouriens car la Tunisie, je le répète, abonde d'énergies cométentes. Quant à la deuxième inquiétude qu'on veut nous faire craindre, c'est la prise du pouvoir par les islamistes. Moi, je pense qu'un tel risque est minime. Tout au plus, les islamistes participeraient au gouvernement et seraient actifs comme les autres partis tunisiens.

 

Aujourd'hui, les manifestations envhissent encore le pays. La révolution encadrée par l'UGTT va vers l'avant avec des pas sûrs et clairvoyants et malgré tout ce qui a été fait pendant les deux décennies Ben Ali pour marginaliser les jeunes... Et malgré tous les complots internes et externes pour dépouiller les jeunes de leur identité, les flammes qui ont brûlé Bouazizi ont fait l'effet de secousse de la volonté de se soulever. Une volonté qui était inhibée par la peur jaillit pour nous rappeler tous que les tunisiens sont les descendants de Farhat Hached qui a sacrifié sa vie pour l'indépendance et d'Abou kacem Chebbi qui a dit :

" Et si, un jour, le peuple choisit la vie

  Assurément le destin s'y plie."

Que ceux qui veulent faire avorter la révolution tunisienne, se plient, eux aussi à la volonté du peuple et le laissent décider de sa vie.

 

Aujourd'hui, la révolution de la dignité  se poursuit. Rien ne dissuadera la volonté du peuple de marcher vers sa liberté. Une liberté qui se paie par le sang des enfants. Et je pense que les peuples arabes devraient tirer la leçon: la liberté ne s'offre pas par les forces étrangères qui ne pensent qu'à leur agenda comme en Irak... mais s'arrache par la volonté du peuple.

SAMIA LAMINE (21 janvier 2010.)

 

_farhat.jpg                                                                         chabbi.jpg

Farhat Hached.                                       Abou Kacem Chabbi

 

 

 

                    ugtt

 

                                                    Union générale des travailleurs tunisiens

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 00:27

 

 

 Ben-Ali-Facebook.jpg

 

Le nouveau gouvernement tunisien : une matraque en velours.

 

 

 

Le terme révolution désigne une évolution des opinions, des courants de pensée, des sciences; découvertes, inventions entraînant un bouleversement, une transformation profonde de l'ordre social, moral, économique, dans un temps relativement court.

 

Ceci dit, et étant donné que le nouveau gouvernement comprend une grande majorité de noms appartenant au parti au pouvoir du temps de Ben Ali RCD (nouveau ou reconduit), on  peut en déduire que si Ghannouchi qui, aujourd’hui seulement a téléphoné à Ben Ali en Arabie Saoudite pour le tenir au courant des nouveautés ( ?), a réussi le coup de retournement de la situation à l’avantage de l’oligarchie qui entourait Ben ALI durant l’exercice de son pouvoir. Tel que composé ; ce gouvernement n’apportera rien de nouveau au pays. Peut-être un nouveau souffle mais pas un grand changement ni de transformation profonde.

 ghannouchi.jpg

Si tous les sacrifices faits si tout le sang qui a coulé donne 3 porte-feuilles, c’est que le RCD va réussir son mouvement de contre révolution. Et ce mouvement n’est pas seulement intérieur mais aussi, extérieur. Ainsi,le colonel Gaddafi a adressé un discours à l'intention des tunisiens leur reprochant ce qu'ils avaient fait à son ami et regrettant qu'ils ne l'aient pas supporter jusqu'à la fin de ses jours!!! Et n'oublions certains pays occidentaux et autres dont Ben Ali est un grand ami chargé de combattre le présumé terrorisme d'Al Qaida. Ces forces étrangères ou arabes ont tout intérêt à faire avorter cette révolution et excercent, donc, des pressions ou tout simplement essayent de jouer des cartes avec leurs amis de l'opposition ou du RCD.

 

Et l’essentiel à retenir dans tout cela, c’est que les tunisiens doivent tout faire pour réussir à récolter les fruits de leurs sacrifices car en fait, le mouvement révolutionnaire n’avait pas pour objectif la seule chute de Ben Ali mais aussi de tout le système qu’il avait engendré et les visages qui l’avaient servi de près ou de loin; Tout le RCD était impliqué dans la dictature. Et le moins qu’on puisse reprocher à ses partisans, c’est d’avoir soit abusé de leur pouvoir soit tiré profit de leur appartenance soit servi de simple pion. De plus, si la majorité des adhérents au parti de Ben Ali déclarent avoir été forcé à adhérer, ce sont surement ses agents qui ont exercé ce pouvoir d’intimidation. Par conséquent, tous les destouriens (RCD) sont impliqués dans la corruption politique du bas de l’échelle à au plus haut.Donc, l’argument des mains propres sans sang n’est point convaincant. Aussi, jouer sur le sentiment patriotique des tunisiens en leur rappelant que l’intérêt de la patrie prime dans la situation actuelle n’est que prétexte pour sauver la face du RCD qui fait tout pour s'implanter.

 

Le peuple tunisien a souffert pendant deux décennies. Il a souffert en donnant 75 martyrs et près de 100 blessés en un mois par la faute des tireurs de l’intérieur que le ministre dans le nouveau gouvernement, monsieur Fria a innocenté hier dans son élocution adressée aux tunisiens.    Il serait dommage que soit donnée l’occasion à l’autre parti d’anéantir la révolution, d’en profiter et de rejaillir avec la  matraque en velours.

 

La lutte doit continuer, donc,  jusqu’à la dissolution de ce parti. Depuis hier, 17 janvier, des forces populaires et beaucoup d’intellectuels manifestent déjà et agissent dans ce sens. La première étape est gagnée mais la marche est encore longue. Oui, "Ben Ali... c'est fini" mais pour une "Tunisie libre libre... RCD doit dégager". Tels étaient les slogans décriés par les jeunes.

 

Quand la matraque disparaitra, on aura à nous couvrir de velours. Mais pour le moment, il reste encore à faire.

 

SAMIA LAMINE. (18 janvier 2010)

 

degage.jpeg

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 00:06

 

 

 

 

LA COMPOSITION DU NOUVEAU GOUVERNEMENT :

 

 

- M. Mohamed Ghannouchi (reconduit): Premier ministre

- M. Lazhar Karoui Chebbi (nouveau): ministre de la Justice

- M. Ridha Grira (reconduit): ministre de la Défense nationale

- M. Kamel Morjane (reconduit): ministre des Affaires étrangères

- M. Ahmed Friaa (reconduit): ministre de l'Intérieur

- M. Larbi Mizouri (nouveau): ministre des Affaires religieuses

- M. Ahmed Néjib Chebbi (opposition/nouveau): ministre du Développement régional et local

- M. Ahmed Ibrahim (opposition/nouveau): ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

- M. Mustapha Ben Jaafar (opposition/nouveau): ministre de la Santé publique

- M. Mohamed Jegham (nouveau): ministre du Commerce et du Tourisme

- M. Taieb Baccouche (nouveau): ministre de l'Education

- M. Moncer Rouissi (nouveau): ministre des Affaires sociales

- M. Habib M'barek (nouveau): ministre de l'Agriculture et de l'Environnement

- M. Mohamed Nouri Jouini (reconduit): ministre de la Planification et de la Coopération internationale

- M. Mohamed Afif Chelbi (reconduit): ministre de l'Industrie et de la Technologie

- M. Zouheir M'dhaffer (reconduit): ministre auprès du Premier ministre, chargé du Développement administratif

- M. Ridha Chalghoum (reconduit): ministre des Finances

- Mme Moufida Tlatli (nouvelle): ministre de la Culture

- Mme Lilia Labidi (nouvelle): ministre des Affaires de la femme

- M. Slaheddine Malouche (reconduit): ministre du Transport et de l'Equipement

- M. Houssine Dimassi (nouveau): ministre de la Formation et de l'Emploi

- M. Mohamed Aloulou (nouveau): ministre de la Jeunesse et des Sports

- M. Abdeljelil Bédoui (nouveau): ministre auprès du Premier ministre

- M. Abdelhakim Bouraoui (reconduit): Secrétaire général du gouvernement

Les secrétaires d'Etat :

- M. Ahmed Ounaies (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères

- M. Radhouane Nouisser (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères

- M. Néjib Karafi (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre du Développement régional et local

- Mme Fawzia Charfi (nouvelle): secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Enseignement supérieur

- Mme Rifaat Chaabouni (nouvelle: secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargée de la recherche scientifique

- M. Lamine Moulahi (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Santé publique

- M. Abdelhamid Triki (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Planification et de la Coopération internationale

- M. Abdelaziz Rassaa (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Industrie et de la Technologie, chargé de l'Energie

- M. Sami Zaoui (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Industrie et de la Technologie, chargé des technologies de la Communication

- M. Moncef Bouden (reconduit): secrétaire d'Etat auprès du ministre des Finances, chargé de la Fiscalité

- M. Ahmed Adhoum: secrétaire d'Etat auprès du ministre des Finances, chargé des Domaines de l'Etat

- M. Slim Chaker (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre du Commerce et du Tourisme, chargé du Tourisme

- M. Anouar Ben Gueddour (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre du Transport et de l'Equipement

- M. Salem Hamdi (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Agriculture et de l'Environnement

- M. Slim Amamou (nouveau): secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports

D'autre part, M. Mustapha Kamel Nabli (nouveau) a été nommé gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie.

 

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 07:02

 

tunisia mwp

 

Aujourd'hui, Dimanche 16 Janvier, c'est la deuxième nuit après la chute du dictateur Ben Ali. La deuxième nuit a été plus calme que la précédente.

En effet, la première nuit a vu des mouvements de violence, étrangers aux tunisiens, s'accomplir par la milice du président déchu. Il avait surement donné l'ordre, avnt de fuir, qu'on brûle le pays .  Ces pilleurs saccageurs étaient comme les a décrits Ben Ali dans le discours du sept janvier où il a essayé de justifier les tirs de la police qui avaient entrainé la morts de plus de 60 martyrs. Il avait, donc,  dit en parlant de manifestants qu'ils étaient des bandes de terroristes cagoulés.

Et en efffet, des bandes de voyous cagoulés se sont déchainés dans les rues pour brûler, piller, casser, voler tout: boutiques, pharmacies, maisons, même les hopitaux n'ont pas été épargnés et j'ai vu de mes propres yeux la fumée en provenance de l'hôpital Hached à Sousse et du Magasin général "Nejma" couvrir le ciel. De même à Sousse, toutes les boutiques dans l'avenue ,au centre la ville, ont été complètement vidées et les marchandises transportées dans des camions.                                                                                                                                         

A la Marsa, des jeunes étrangement habillés de l'uniforme des forces de l'ordre circulaient dans des voitures de location tiraient le feu sur tout ce qui bougeait sur leur chemin.

Des prisons ont vu leur portes ouvertes dans plusieurs villes (Monastir, Kairouan, Sfax etc...). Elles ont été brulés et les prisonniers ont pris la fuite , pour s'adonner aux actions de pillage et de vandalisme.                                                                             

Et en conséquence, un manque de vivres se fait sentir. Même les kiosques d'essence se sont vidés car dans le climat de peur les tunisiens se sont précipités pour s'approvisionner afin de prévenir d'éventuels jours mauvais.

En revanche, suite à ce mouvement violent  qui sont les traces des derniers soupirs du  pouvoir agonisant, la population vigilante a vite demandé que la force armée entre en jeu pour protéger le peuple et les institutions du pays. Aussi, dans chaque quartier, on a constitué des comités populaires pour prévenir des éventuelles attaques. Ces mesures ont été fructueuses et la nuit du samedi a connu un calme relatif. De plus, plusieurs groupes de pilleurs ont été arrêtés par l'armée soit alors qu'ils étaient en action douteuse soit en état de fuite vers les frontières tuniso-libyennes: un premier triomphe contre ces actions d'anti-révolution et des premiers pas vers la sécurité.

Le Néron tunisien avait, donc, décidé de brûler "La Tunisie verte" avant de partir. Il est parti en laissant ses tentacules ici dans un gouvernement, un parti (RCD) et une milice pour contre balancer tous les sacrifices du peuple révolté. Jusque là, la révolution a réussi son coup mais la lutte doit se poursuivre pour limoger toute tentative de mettre les bâtons dans la roue devant la victoire définitive. Le peuple doit ,donc, continuer à être prévenant pour réinstaurer le climat de sécurité dans lequel doit continuer le combat politique qui doit nous mener vers une nouvelle constitution avant les éléctions.

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 06:00

 

 

bouaziziERUPTION  DES COEURS.

 

 

Quand les flammes brûlent

Dans l’eau des coeurs matées

La fumée… des cratères.

 

 

 

         © 2011 Samia Lamine


Repost 0
Samia Lamine - dans HAIKUS
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 10:28

tunisia mwp

 

 

Voici le texte intégral de l'allocution:

"Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux Cher peuple tunisien,

Je m'adresse à vous, aujourd'hui, tous les tunisiens en Tunisie et à l'étranger. Je m'adresse à vous dans la langue de tous les tunisiens et tunisiennes. Je m'adresse à vous parce que la situation impose un changement profond, un changement profond et intégral.

Je vous ai compris. Je vous ai tous compris: le chômeur, le nécessiteux, le politicien et tous ceux qui revendiquent plus de libertés. Je vous ai compris, je vous ai bien compris tous. Seulement, les événements qui se produisent, aujourd'hui, dans notre pays ne nous ressemblent pas. La destruction ne fait pas partie des coutumes du tunisien, le tunisien civilisé, le tunisien tolérant.

La violence ne nous ressemble pas et ne fait pas partie de nos mœurs. L'escalade doit cesser. Elle doit s'arrêter grâce à la conjugaison des efforts de tous, partis politiques, organisations nationales, société civile, intellectuels et simples citoyens. La main dans la main, au service de notre pays. La main dans la main, pour assurer la sécurité de nos enfants.

Le changement que je vais annoncer maintenant est une acceptation de vos revendications légitimes à laquelle nous avons réagi. Nous avons ressenti une douleur pour les événements survenus, une profonde douleur.

Ma tristesse et ma douleur sont grandes. J'ai passé plus de 50 ans de ma vie au service de la Tunisie, dans les différentes positions: de l'armée nationale aux différents postes de responsabilité et 23 ans à la magistrature suprême. Chaque jour de ma vie a été et demeurera au service du pays et j'ai consenti des sacrifices que je ne veux pas les énumérer. Je n'ai jamais accepté un jour et je n'accepterai jamais l'effusion d'une seule goutte de sang des tunisiens.

Nous avons éprouvé une grande douleur pour les victimes de ces événements et pour les dégâts subis par des personnes, et je refuse qu'il y aura d'autres victimes en raison de la poursuite de la violence et du pillage.

Nos enfants sont aujourd'hui confinés à la maison et ne sont pas à l'école. Ceci est tout à fait immoral et inadmissible, parce qu'on a peur pour leur sécurité des actes de violence perpétrés par des groupuscules qui n'hésitent pas à piller et à agresser les personnes.

Il s'agit bel et bien d'un crime et non d'un acte de revendication. Cela est immoral.

Les citoyens doivent leur faire face et nous avons donné les directives en ce sens. Nous comptons sur la coopération de tous, afin que nous puissions discerner entre ces bandes et groupuscules de délinquants qui exploitent ces circonstances et les manifestations pacifiques légitimes que nous acceptons.

Ma tristesse est grande, très grande, et profonde, très profonde. Assez donc de violence ! Assez de violence!

J'ai aussi donné des directives au ministre de l'Intérieur et je les ai réitérées, et, aujourd'hui, je dis arrêtons le recours aux tirs à balles réelles. Les tirs à balles réelles ne sont pas acceptables et sont injustifiables, sauf, Dieu nous en préserve, si quelqu'un cherche à vous arracher votre arme, ou qu'il vous attaque par une arme à feu ou autre chose et qu'il vous oblige à vous défendre.

Je demande à la commission indépendante, je dis bien indépendante, qui va enquêter sur les incidents, les dépassements et les décès que nous regrettons, de déterminer les responsabilités de toutes les parties, toutes les parties sans exception, avec équité, intégrité et objectivité.

J'attend de tout Tunisien, qu'il me soutienne ou non, d'appuyer les efforts d'apaisement et de bannir la violence, les actes de destruction et de dégradation des biens. La réforme exige le calme, et les événements dont on a été témoin avaient pour point de départ la protestation contre une situation sociale, situation au sujet de laquelle nous avons consenti d'énormes efforts mais nous devons déployer de plus grands efforts afin de remédier aux carences.

Nous devons donner à nous tous la possibilité et le temps nécessaire pour pouvoir concrétiser l'ensemble des mesures importantes que nous avons prises.

En plus, j'ai chargé le gouvernement de procéder à une baisse des prix des produits et des services de base et d'augmenter le budget de compensation.

Quant aux revendications politiques, je vous avais dit que je vous ai compris, nous avons décidé:

* La pleine et entière liberté pour la presse, tous médias confondus. Libre accès aux sites Internet qui ne seront soumis à aucune forme de censure, tout en veillant au respect de la déontologie et des principes de la profession journalistique.

* Pour ce qui est de la commission dont j'avais annoncé la constitution, il y a deux jours, avec mission d'examiner les phénomènes de prévarication, de corruption et d'abus des responsables, elle sera indépendante, je dis bien indépendante, et nous veillerons à son impartialité et à son intégrité.

* A compter de ce jour, la liberté d'expression politique sera de mise, y compris la manifestation pacifique, la manifestation pacifique encadrée et organisée, la manifestation civilisée. Un parti ou une organisation qui voudrait organiser une manifestation pacifique aura la latitude de le faire pour peu qu'il en fasse la déclaration, en fixe l'heure et le lieu, l'encadre et collabore avec les parties responsables pour en préserver le caractère pacifique.

* Je voudrais dire que beaucoup de choses ne se sont pas passés comme je voulais qu'elles soient, s'agissant en particulier des domaines de la démocratie et des libertés. Certains m'ont parfois induit en erreur en me cachant les faits. Ceux-là, ils en rendront des comptes.

* C'est pourquoi je vous réaffirme, tout à fait clairement, que j'œuvrerai à renforcer la démocratie et à promouvoir le pluralisme. Oui, renforcer la démocratie et promouvoir le pluralisme.

* Je m'emploierai à protéger et à respecter la Constitution du pays. Je veux redire, ici, que, contrairement à ce que d'aucuns ont prétendu, je m'étais engagé, le 7 novembre, à ce qu'il n'y aurait plus de présidence à vie. Pas de présidence à vie. Je réitère donc mes remerciements à tous ceux qui m'avaient exhorté à me porter candidat en 2014, mais je me refuse à remettre en question la condition d'âge pour l'éligibilité à Présidence de République.

* Nous voulons atteindre l’année 2014 dans le cadre d’une concorde civile effective, dans un climat de dialogue national et avec la participation des partenaires nationaux à tous les niveaux.

* La Tunisie est notre pays à tous. La Tunisie que nous chérissons et que chérit son peuple, nous voulons la protéger.

* Que la volonté de son peuple demeure donc entre ses mains et entre les mains loyales qu’il choisira afin qu’elle continue son parcours qui avait commencé depuis l’indépendance et que nous avons poursuivi depuis 1987.

* Nous constituerons, à cet effet, une commission nationale qui sera présidée par une personnalité nationale indépendante et crédible auprès des partenaires politiques et sociaux pour se pencher sur l’amendement du Code électoral, du Code de la presse et de la loi sur les associations. La commission proposera un échéancier qui s’étalera jusqu’aux élections de 2014, y compris pour ce qui est de l’éventualité de dissocier les élections législatives de l’élection présidentielle.

* La Tunisie nous appartient à nous tous. Protégeons-la ensemble. Son avenir est entre nos mains. Garantissons-le ensemble. Chacun de nous est responsable, depuis la position qui est la sienne, du rétablissement de sa sécurité et de sa stabilité. Pansons ses plaies et engageons-la dans une étape nouvelle qui la rendrait encore plus apte à accéder à un avenir meilleur.

Vive la Tunisie. Vive son peuple. Vive la république."

 

 

Repost 0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 11:11

4178c92540aeccb00961631c758421e7

                                                                   NOT FOUND

         ERROR2.gif                                                           



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Ce poème écrit en 2008 est toujours d'actualité; On y trouve un témoignage sur une des causes de la révolte des jeunes tunisiens: l'absence de liberté.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                   


............................



               Quand le poignard s’enfonce dans la gorge pour l’égorger,

         Quand l’étau serre les poumons pour les étrangler,

     Quand le marteau martèle la tête pour la briser,

  Quand la hache s’acharne sur le corps pour le trancher,

  Quand les esses opprimées errent dans les poussières polluées,

      Quand le son saignant et asphyxié étouffe dans le gosier,

              La voix essoufflée du silence résonne … et tout se tait.

 

 

 

© 2008 Samia Lamine

Repost 0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 23:53

tunisia mwp   

Un mois après le début des manifestations déclenchées suite à l’accident de l’immolation du jeune Bouazizi  à Sidi Bouzid, la situation en Tunisie devient plus grave. Les émeutes se sont propagées dans tous le pays et certaines villes comme Tala et Kasserine ont vu une suite tragique.  En effet,  là , le 9 janvier, les forces de l'ordre ont tiré sur les manifestants exprimant leur colère et VINGT jeunes ont décédé suite à leurs blessures. Une véritable boucherie !

 

Et étant donné cette situation, je tiens à exprimer toute ma désapprobation quant aux mesures violentes prises par le gouvernement pour maitriser la situation et qui ont entrainé le décès de beaucoup de jeunes.

 

Je pense que rien ne justifie qu’on tire le feu sur des manifestants non armés. Et quand bien même certains auraient commis des actes répréhensibles, c’est la loi et la justice qui devraient trancher et non le feu … Les bâtons et les pierres ne justifient point le tir des balles.

Je dénonce, donc, ces pratiques répressives. Et je demande que soit arrêté le bain de sang qui coule sur notre chère patrie et que soit respecté le droit du citoyen à la manifestation pacifique et  à l’expression libre de ses opinions lequel est garantie par le destour (la constitution) .

 

Je sollicite, l'autorité, d’agir de façon à ce que soit épargné à La Tunisie le climat d’instabilité.  Et je la prie  de voir dans ce mouvement des jeunes, qui sont l’avenir de note patrie La Tunisie, l’expression sincère de leurs inquiétudes  à cause du chômage  et de  leur malaise dû à l’absence des libertés dont ils ont besoin pour s’épanouir, eux,  les enfants du 21ème siècle.

 

Aussi, je tiens à dénoncer la position des institutions de la société civile et les partis de l’opposition qui ne se sont pas hâtés pour encadrer les manifestations. C'est un manque de responsabilité devant l'histoire et les devoirs! Car, jusque là, le mouvement de révolte n’a été adopté que par quelques syndicalistes bénévoles. Laisser la houle couler au hasard peut exposer nos jeunes et notre patrie aux plus grands risques. 

 

Nos jeunes sont notre avenir... Préservons leurs corps des tirs et réalisons leurs désirs!

 

SAMIA LAMINE (10 janvier 2011)

 

NB:

SVP, laissez un commentaire de soutien aux jeunes tunisiens ou marquez "j'aime", ci) dessous, si vous ne pouvez pas commeter.

 

Breaking newS:  L'opposition tunisienne a publié un communiqué pour appeler les autorités à cesser le feu et dénoncer la violence adoptée.

 

Voir les images sur le monde.fr

Repost 0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 18:06

 

  http://www.pierdelune.com/leger1.jpg

 

                                  http://www.gif-image.com/O/oiseau/gif-image-oiseau-6.gif

 

Liberté

Sur mes cahiers d'écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J'écris ton nom


Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J'écris ton nom


Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J'écris ton nom


Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l'écho de mon enfance
J'écris ton nom


Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J'écris ton nom


Sur tous mes chiffons d'azur
Sur l'étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J'écris ton nom


Sur les champs sur l'horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J'écris ton nom


Sur chaque bouffée d'aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J'écris ton nom


Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l'orage
Sur la pluie épaisse et fade
J'écris ton nom


Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J'écris ton nom


Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J'écris ton nom


Sur la lampe qui s'allume
Sur la lampe qui s'éteint
Sur mes maisons réunis
J'écris ton nom


Sur le fruit coupé en deux
Dur miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J'écris ton nom


Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ces oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J'écris ton nom


Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J'écris ton nom


Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J'écris ton nom


Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J'écris ton nom


Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J'écris ton nom


Sur l'absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J'écris ton nom


Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l'espoir sans souvenir
J'écris ton nom


Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

                   LIBERTE.

 

 Le poème "Liberté" de Paul Eluard fut largué par les avions de la RAF en milliers de tracts sur la France occupée.

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

174 836 (Dernière mise à jour:23/ 08/ 2017

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)