Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 18:28

Tunisie : "Les shakeurs"…

le ministre de l'éducation et le paradoxe de la révolution.


http://www.africanmanager.com/images/images_article/27-02-2013-12-05-11harl.jpg              

                                           http://ts3.mm.bing.net/th?id=HA.71450363594&pid=15.1

 

 

La danse Harlem Shake qui se propage en Tunisie est une mode qui a envahi le monde entier en quelques heures suite à la diffusion d'une vidéo sur internet: (http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8vJiSSAMNWw.). Et depuis, chacun présente sa version de la danse et aujourd’hui,elle fait ravage dans les écoles non comme moyen de distraction mais d’expression.

 

En effet, si «  Harlem Shake », venant de la Californie,  a séduit les jeunes, c'est qu'elle leur a permis d'exprimer, par l'ébranlement des épaules , des jambes et de tout leur corps, leur présence et leur malaise dans ce monde qui va à l'encontre de leurs rêves, désirs et espoirs… dans ce monde où les adultes sont livrés à leur ruée vers la richesses et le pouvoir… dans ce monde où les adultes , qui sont cencés fournir un modèle de bon sens et bonne conduite aux adolscents , s’adonnent à leurs passions  :  injustice, haine, violence, guerre… dans ce monde devenu une jungle où règne la loi du plus fort et du plus menteur, du plus ingrat, du plus égoiste et du plus individualiste. Or, les nouvelles générations cherchent à  trouver le bonheur, l’amour et la sécurité autour d’eux.

 

Et en Tunisie et en Egypte, si les adultes et même les gouvernements sont choqués par la réaction des jeunes « shakeurs » et ont réagi avec une telle violence à cette révolte civilisée, pacifique par l’un des premiers arts qu'a connu l'humanité, c'est bien une preuve que ces jeunes ont  bien raison de dire à leur façon que le monde ne va pas bien,  qu’ils ne nous font plus confiance,  nous : les parents, les éducateurs et les responsables politiques et qu’ils sont inquiets pour leur avenir à cause d’une école qui ne s’adapte à la modernité technologique  et  qui cherche à les garder dans leur minorité … à cause  des courants obscurantistes qui se développent  et qui menacent de noircir leur vie... et à cause du chômage qui les guettent.

 

Mais, au lieu de se voir compris et encadrés… au lieu de voir leur message capté par les responsables, notamment le ministre de l’éduction, voilà que « les shakeurs » sont acceuillis par les forces de l’ordre, la matraque et les bombes lacrymogènes… Est-il logique, raisonnable et admissible que les jeunes adolescents soient agressés et réprimés  par la police comme à Sousse (Tunisie) pour avoir dansé leur révolte ? Est-il logique, raisonnable et admissible qu’on veuille imposer à ces jeunes un mode de vie et un système où ils ne se retrouvent pas, qui ne leur plait pas, qu’ils refusent et qu’ils souhaitent changer ? Est-il logique, raisonnable et admissible que le ministre de l’éducation tunisien soit si incompétent dans la gestion de l’affaire de « Harlem Shake » et si violent avec  les adolescents ?

Ironie du sort… Paradoxe de ces révolutions qui ont été faites par des jeunes qui ont donné leur sang pour trouver leur dignité, leur liberté… mais qui se trouvent prisonniers de ceux qu’ils ont libéré.

 

Samia Lamine.

28- 02- 2013 .

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

 169 500 (Dernière mise à jour:14/ 03/ 2017.)

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)