Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 18:26

Le code du statut personnel a été promulgué en Tunisie en 1957et il a subi des modifications dictées par les changements dans la société tunisienne et par les lois internationales qui s’imposent dans les pays qui s’y soumettent par conviction ou contraints par la nécessité de s’inscrire dans « le nouveau monde ».

Le CSP réglemente la vie familiale (le mariage et le divorce (article 22 à 33). il constitue une révolution dans une société, alors, conservatrice  où l’illettrisme règne encore. En effet, malgré les réformes inaugurées au 19 ème siècle, de Tahar Haddad à Bourguiba, les conservateurs, combien nombreux, ont mal accepté les nouvelles lois: abolition de la polygamie, création d’une procédure judiciaire concernant le divorce, fixation de l'âge minimum pour les deux sexes,  la scolarisation gratuite et obligatoire des filles. Les modifications de 1993, sont allées plus loin dans la protection de la femme et de l’enfant par les lois. 

Donc, le contexte juridique est, en principe, favorable à la promotion de la femme et à l’épanouissement de la famille. Or, on constate que dans la société, la femme tunisienne évolue, parce que l’opprimé a tout intérêt à changer sa situation pour se libérer mais, l’homme, feint l’ouverture imposée par les changements législatifs, l'éducation et les difficultés matérielles qui  imposent le travail de la femme , la scolarisation des femmes. Ainsi, l'homme se trouve face à des collègues ou copines cultivées et émancipées. Mais cet homme reste conservateur au fond de lui. Les notions d’émancipation de la femme et le principe de l’égalité des sexes, n’ont pas été assez digérés par lui du fait, je pense, de l’héritage culturel qui a assez eu le temps pour s’ancrer dans l’inconscient de la gente masculine. Et les cinquante ans de vie du CSP ne peuvent changer une mentalité imprégnée par un acquis et des privilèges datant de milliers d’années. Et s’il n’est pas facile d’effacer l’impact des années sur les esprits, il n’est pas du tout aisé d’extraire l’homme tunisien à l’environnement social et géographique oriental. En effet, « Si Sayed » vit encore parmi nous et son image est encore présente au machrek comme au maghreb . Pourquoi le tunisien accepterait-il la perte de ses privilèges alors que ses frères en jouissent encore dans les pays voisins ? Pourquoi se priverait-il d’être un Si Sayed parmi les millions existant réellement  et qui sont couverts par les lois et les traditions. Combien de fois entendons-nous, des jeunes et des moins jeunes vanter la polygamie chez les voisins ? Ils le diraient en rigolant ou soi disant pour taquiner les filles du groupes ou leur fiancée mais en fait, ils expriment ce qui leur tient à cœur et leur manque tant. Aussi, on voit certains hommes exprimer leur agressivité face à une dame leur demandant poliment un siège dans l’autobus pour se reposer: « Si tu n’as pas la force de rester debout quelques minutes comme un homme, reste chez toi et occupe toi de tes enfants !» Et chez lui, il ne cesse de répéter à sa femme qui demande à être aidée  à cuisiner : « L’homme, c’est l’homme et la femme, c’est la femme ! Puisque tu veux travailler,  alors paye !" Et au fond de lui, il vocifère accusant les femmes d'être devenues trop libérales et trop ouvertes au modèle occidental de la famille:" Ah! ces femmes! Elles se veulent égales, libres. ah! cette la loi qui vous a renforcées contre nous! grrr!"

Ainsi, on voit que l’homme tunisien n’est pas prêt à admettre sa nouvelle condition de partenaire et collaborateur dans un couple comme l'exige l'évolution et  la loi (CSP). Par conséquent, pour séduire sa fiancée, il adopte un comportement et après le mariage épuisé par sa feinte, il montre son vrai visage. Les moins déséquilibrés demeure à la limite des disputes quotidiennes pour s'imposer et ceux qui débarquent au foyer avec leur pathologie s'expriment par la violence pour évacuer leur rancoeur( la première cause des divorces en tunisie ) ou l'adultère ( deux sur trois femmes interrogées au palais de justice affirment qu'elles divorcent pour adultère). L'adultère serait-elle une revanche contre l'abolition de la polygomie.  Serait-ce une manière d' affirmer leur virilité bafouée,selon eux, par cette moitié que la loi soutien à leur détriment toujours selon eux. 

En résumé,  les hommes et les femmes n'évoluent pas de pair dans notre société en mutation et surtout,je pense que le problème vient du fait que le tunisien n'a pas assimilé l'évolution sociale.C'est ce qui expliquerait, au fond, la montée galopante du nombre de divorces dans notre société. En effet, sur six mariages, un finit par éclater. Outre les causes innombrables du divorce, je pense qu'au fond, l'éclatement des couples revient surtout au fait que les deux partenaires ne regardent dans la même direction dans le  temps et dans l'espace. L'un regarde vers l'avant... Tandis que l''autre a l'oeil fixé sur le passé. L'un est entrainé vers l'Ouest... Mais l'autre est attiré vers l'Est. Au milieu de ce tourbillon, les enfants subissent des calvaires. Et vivre dans un climat où règne le rapport des force et les déchirements ne contribue qu'à perpétuer les secousses car l'enfant adoptera le modèle et poursuivra sa vie à son ombre. C'est dire qu'au lieu de transmettre les causes de l'épanouissemnent aux générations futures, les parents les figent les empêchant d'aller vers l'avant. Et le plus grand risque , c'est de voir la société tunisienne, qui a parié sur le progrés social depuis le 19ème siècle, tourner en rond dans un cercle vicieux non évolutif ou plonger dans un extrémisme étranger à la composition sociale du pays connu pour sa modération. Aller vers l'Ouest ou vers l'Est serait le grand risque qu'une réelle prise de conscience des adultes et de la société civile éviterait.

SAMIA LAMINE (Déc 2010)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

chailloux rené 25/12/2010 20:07



merci pour ces commentaires, ma fiancée est tunisienne et moi français et muslim, la notion de partage est omniprésente dans tes textes , je suis contre la polygamie et je respecte les femmes que
je considère comme l'égal de l'homme.



Samia Lamine 25/12/2010 23:06



Bonsoir René.


Tout d'abord ,e te souhaite le bonheur avec ta fiancée.


Bien sûr, ce que j'avance dans mon article n'empêche qu'il faut reconnaitre qu'il y a des hommes qui respectent la femme et la considèrent à pied d'égalité.


Pour ce qui est de la polygamie dans les pays où elle n'existe pas, son envers c'est la maitresse.


Bonne soirée.



thanina 16/12/2010 00:00



Coucou , comment va ? difficile pour l'homme de changer et d'accepter un role egal a celui de la femme , il faut , en plus des lois , un changement profond dans les mentalités ...choz qui
n'est pas pour demain ...biz bonne achoura a bientot .



Samia Lamine 23/12/2010 23:55



On ne demande qu'ils changent. Au moins qu'ils comprennent et respectent. Avec le temps , on s'habitue, c'est tout.


Bonne soirée.



Linda & Picasso ::0079::0071:: 12/12/2010 19:43



SI on est a l'ecoute de soi ...on évolue a son rythme ... c'est l'équilibre ... mais y'a toujours des contraintes .... famille socièté religion boulot ......





et clik



Samia Lamine 24/12/2010 09:57







fafa 12/12/2010 14:24



excellent blog, la tunisie un pays cher que j'ai visité car ma meilleur amie et tunisienne.....


très bon dimanche



Samia Lamine 13/12/2010 17:35



Merci Fafa pour ta visite et tes sentiments. A bientot.



Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

174 836 (Dernière mise à jour:23/ 08/ 2017

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)