Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 11:00

 

Tunisie: des journalistes et des employés de l'ATCE observent un sit-in


TUNIS, Tunisie - Les journalistes et employés de l'Agence tunisienne de communication extérieure (ATCE) ont observé vendredi un sit-in devant leur établissement, situé au coeur de Tunis, pour réclamer le maintien de leurs d'emplois, qu'ils disent menacés, a constaté sur place un journaliste de l'Associated Press.

L'agence, qui emploie quelques 120 personnes, était considérée comme «une boîte de propagande» du régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali et de son entourage.

Elle était accusée de dépenser de grosses sommes d'argent pour soudoyer des médias étrangers et de distribuer les encarts publicitaires aux organes de presse tunisiens en fonction de leur degré d'allégeance à l'ancien régime.

Un membre du gouvernement de transition a fait état de la prochaine dissolution de cette agence. Il a été relayé par des informations de presse parues vendredi selon lesquelles cette mesure a fait l'objet d'une rencontre entre plusieurs ministres et de hauts responsables de la centrale syndicale UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens).

Vendredi, des dizaines de personnes se sont rassemblées pour tirer la sonnette d'alarme sur leur situation.

«L'emploi est une priorité», «Oui à la restructuration, non à la dissolution», «La dissolution signifie 120 familles sans sources de revenus», «Nos revendications sont légitimes», scandaient les manifestants devant un attroupement de passants.

«Pourquoi s'en prendre spécialement à l'ATCE qui, comme les autres médias, était aux ordres de Abdelawahab Abdallah (le conseiller de Ben Ali qui avait la main sur le secteur de la presse). Personne n'osait ouvrir la bouche de crainte de représailles», a plaidé le journaliste Houssam Ben Makhlouf.

Pour son collègue Oussama Boudhrioua, «l'objectif primordial est de préserver notre gagne-pain». «On n'a pas à assumer les erreurs des hommes politiques», a-t-il estimé.

Copyright The Canadian Press
                                                        **************************** 
Pas de réconciliation sans justice.

 Les sitt-inneurs journalistes de l'ATCE de  font preuve d'audace et de culot. Ils protestent malgré la dissolution de l'agence sans prendre en compte les préjudices qu'ils ont causés à la Tunisie. En effet, ils ont servi et renforcé une dictature qui a fait endurer au peuple tunisien tant et tant de souffrances, ont contribué à la privation du pays de la démocratie. Ils ont privé un peuple intelligent d'un essor qu'il aurait pu réaliser en deux décennies et l' ont enfoncé dans la corruption étant le système qu'il défendait par opportunisme . Ils ont dupé, trompé, leurré. Ils ont bouffé les sous et ont rempli leur compte au détriment des projets sociaux, économiques... Autant de crimes et plus contre un peuple et une histoire sans même des excuses bien au contraire!
N'est-il pas du droit du tunisien de réclamer justice? Ne doit-on pas payer un crime? Le sang des martyrs n'est pas de l'eau. Le bonheur des citoyens n'est pas un jeu. L'histoire d'un peuple n'est pas un texte qu'on écrit selon le caprice d'un seigneur.
Qui sème le vent récolte la tempête. Quand justice sera faite, on pourra parler de réconcilition. Pas avant. Et ceci s'applique aux rcdistes corrompus ainsi qu'à tous ceux qui ont trempé les mains dans la sauce de l'ancien régime. L'intégration des criminels dans une société n'est possible qu'après qu'ils purgent leur peine. Et puisque, demain 22/11/, se tiendra la première séance de l'assemblée constituante élue le 23/10/, j'aimerais rappeler aux membres de la constitution que la justice transitoire devra être pour lui une priorité. Sans cela, ils contribueraient à la confiscation de la révolution.
        ...اللهم لا شماتة ... فقط... فقط... العدالة ... ثم العدالة ,,, ثم العدالة
Samia Lamine

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MOUZAL 22/11/2011 17:50


J'ai en mémoire toute l'arrogance et le comportement hautain, de certains collaborateurs au sein de l'ATCE, particulièrement ceux situés en haut de la hierarchie, vis-à-vis des représentants
d'institutions publiques (obligées de reverser 80% de leur budget publicité), s'estimant au dessus de tout et de tous. Même à l'étranger l'Ambassadeur n'avait aucune emprise sur les agences
localisées dans les pays de leur accréditation!


Maintenant il ne faut pas généraliser et je pense à ceux qui dont s'était vraiment le gagne pain, notamment les cadres d'exécution et autres agents employés par cette Agence.

Samia Lamine 22/11/2011 18:41



Merci Mouzal pour ton passage. Eh! oui. Ils ont vécu comme s'ils étaient éternels et ont agi comme s'ils étaient au-dessus de tous. Pour ce qui est de ta remarque, tu vois bien que l'article est
consacré aux journalistes. Une standardiste ou une femme de ménage ? C'est une autre question... Pourtant je connais une femme de ménage qui avait plus de pouvoir qu'un ambassadeur ou autre haut
cadre et qui était proche des juges et servait mm de piston à qui lui demandait service.


C'est tellement complexe et compliqué!!!


Mes respects.



Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

174 836 (Dernière mise à jour:23/ 08/ 2017

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)