Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 08:17



LA PALESTINE: Histoire d'une peau de chagrin. (1)
LA PALESTINE: Histoire d'une peau de chagrin. (2)

 

 LA PALESTINE DE 1948 à 2009 : LA PEAU DE CHAGRIN  SE RETRECIT DAVANTAGE:

 

CONNAISSEZ-VOUS CETTE CARTE ?    

  LA PEAU DE CHAGRIN.

 

 

Suite aux deux guerres de 1948 et de 1967, l’occupant annexe des territoires, contrairement aux résolutions de l’ONU, surtout la résolution 242 qui exige d’Israël le retrait des territoires occupés lors des guerres.

²MAIS continuant d’ignorer les lois et la volonté de paix qu’ont manifestée les Arabes et l’opinion mondiale, l’autorité occupante poursuit jusqu’à aujourd’hui  sa politique colonialiste et expansionniste si bien que la proportion revendiquée, aujourd’hui par les Arabes -dont plus aucun ne parle de jeter Israël à la mer même les plus radicaux d'entre eux- n’est plus que de 22% de La Palestine historique sans compter les colonies (illégales) et la construction du Mur de l’apartheid qui réduisent davantage la superficie des territoires occupés en dévorant encore 11%. Qu’en reste t-il ?

 

Et pourtant, les Arabes se sont décidés depuis 2000, lors du sommet de Beyrouth, à ce qui est appelé "la paix comme choix stratégique" et par conséquent, ont opté pour les négociations pour la paix en se basant sur l’initiative du prince Abdallah qui propose, uniquement, le retrait israélien jusqu’aux frontières de 67 comme l’exige la résolution 242 évoquée plus haut pour qu’ensuite, c'est-à-dire après le retrait, cet état, créé malgré l’histoire, soit reconnu.
OR, aujourd’hui, Israël veut être reconnu et veut voir les relations normalisées bien avant  le retrait c'est à dire qu'il veut la paix ensuite le retrait alors que les Arabes veulent la paix en contrepartie de la terre occupée en 67, pas même celle prise après 48.

Ainsi, il semble clair qu’Israël agit d’une manière cynique qui lui permette de gagner un peu plus et en faire perdre aux autres un peu plus. En fait, je crois que les sionistes n’ont jamais oublié de voir son rêve du «Grand Israël » du Nil à l’Euphrate se réaliser alors elle  joue au jeu du tout ou tout et rien pour vous. Mais, qu'est-ce qui  favorise ce jeu politique?

Israël se voit soutenue par l’occident qui subit l’influence du lobby sioniste (économique, politique et surtout médiatique) infiltré  partout dans le monde d’autant plus qu’il (l’occident) est  animé par un certain sentiment de culpabilité dû à l’holocauste nazi.

Aussi voit-il ses amis serrer l’étau autour de certains gouvernements arabes sous prétexte de la lutte contre le terrorisme ( terme à expliciter ET A REVOIR), l’intolérance et l’antisémitisme ( encore un terme à redéfinir car ceux qui critiquent ou refusent le sionisme ne sont pas nécessairement anti judaïsme ni anti-juifs) par  les intimidations qui vont jusqu’à la menace de guerre (le cas de La Syrie) ou son déclenchement comme en Irak et enfin, par l’ingérence dans les affaires intérieures : les élections, l’opposition à l’étranger dont on brandit les déclarations pour qui ose résister, les divisions provoquées pour mieux séparer les frères comme c’est le cas au Liban entre autres…

De plus, les sionistes cherchent à brûler les étapes et à profiter des conditions mondiales surtout pendant l'administration de Bush et même avec Obama préoccupé par la crise économique dans son pays.

 

Dans ce contexte mondial et régional, plus, les arabes donnent, depuis Camp David en 77,  plus Israël exige davantage de concessions !!!
Et si « La peau de chagrin » dans l’œuvre de Balzac se rétrécit au fur et à mesure que le personnage réalise un désir, la nôtre s'amenuise à la suite de chaque concession. ET après chaque concession, une partie de La Palestine se perd et  l'autonomie des pays arabes diminue.

 

Et c'est l'impasse! L’impasse qui provoque la division du monde arabe en deux clans.

D’une part, il y a les pays appelés modérés, tant aimés et soutenus par l’occident : ce sont ceux qui se disent rationalistes, suivent le courant mondial favorable à Israël et agissent plutôt en faveur des négociations pour la paix convoitée dans le monde entier depuis la deuxième guerre mondiale.

 

Le deuxième groupe de pays rassemble ceux qui ne sont ni contre la paix ni contre les négociations mais qui prône que la résistance doit être une carte dans les mains des négociateurs. A-t-on vu quelqu’un négocier sans point d’appui ? Il suffit de regarder l’histoire ! Et encore, l’occupant sioniste est différent de tout autre colonisateur que l’histoire a connu car c’est un régime colonialiste. De plus, qu’à t-on réalisé depuis Madrid jusqu’à Annapolis avec cette longue course stérile qu’on peut qualifier de dialogue de sourd plutôt que de négociations?

 

Arafat a fait, depuis Oslo, toutes les concessions possibles et on n'en était jamais content : malgré toutes ses concessions on disait qu’il n’était pas un partenaire crédible! Et il a payé de sa vie !


شهيدا...شهيدا..شهيدا

 

 

L’assassinat de ce martyr nous enseigne que l’état sioniste veut tout. Et Abbas, lui, qui est reconnu, qu’a-t-il obtenu sinon qu’il a « donné son cou », selon son expression, et s’est tourné contre son peuple, sa volonté et ses rêves? Croit-il pouvoir obtenir plus que le sang qui inonde la terre et  plus que la perte des territoires ? 
 

 

Où mène-t-on la barque ? Est-ce qu’on attend que disparaisse de la Terre le dernier palestinien comme disparut le dernier des indiens ou que disparaisse de la carte le nom de La Palestine??

Pour finir, en surfant sur le net, j'ai lu une question posée par une internaute : " Que faut-il pour arrêter Israël?".

L'unique réponse à cette question c'est qu'il faut l'obliger à arrêter l'occupation, les colonies, le régime de l’apartheid,  les boucheries, reconnaître le droit du retour … par la force du  droit et de la loi et qu'à défaut de cela, la résistance devient le seul moyen de libérer les territoires occupés comme pour tous les peuples.
AINSI, imbibée du sang des martyrs, LA PEAU DE CHAGRIN RETROUVERA SA FORME ET SA TAILLE initiales.

 

 

 
LAMINE SAMIA.
( avril- 2009)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lam 24/04/2009 08:03

merci de votre passage et de vos compliments lam

Samia Lamine 24/04/2009 17:50



BONSOIR LAM.

MERCI POUR TA VISITE.
BON COURAGE  ET BONNE CONTINUATION.

SAMIA LAMINE..



yannBBlues 24/04/2009 00:14

Bonsoir Samia Lamine...Voilà ce que j'appelle de l'information,de l'éducation...ton article devrait figurer dans les livres d'Histoire...avec un grand "H"...peu connaissent l'histoire de la Palestine et pourtant,il y a tant à dire...je pense sincérement que si Israel ne serait pas soutenu par le monde occidental (je parle des sionnistes),cette partie du monde vivrait en paix...Et tout ce que l'on peut constater,car si on regarde les cartes que tu nous présente,et en étudiant son histoire,c'est que c'est le peuple arabe qui a tendu les mains,puis courbé l'échine et maintenant il a un genou à terre...mais ce peuple n'est pas anéanti,loin de là...bonne soiréeYann

Samia Lamine 24/04/2009 00:32



 


Bonsoir.

EN LISANT LES dernières phrases YANN, j'ai pleuré!
JE PRIE pour QU’ON NE CONFONDE PAS LES OFFICIELS AVEC LE PEUPLE. Le peuple arabe est un peuple vivant et une période de décadence due à la collaboration de certains n'implique la mort de toute
une nation contre laquelle les complots se poursuivent depuis des siècles.
YANN, les arabes ont tout le potentiel pour être une grande civilisation en ce millénaire et pour participer au progrès de l'humanité (intelligence, richesse....) mais y a un cancer qui
ronge la région et des collabos courbés pour une poignée de dollars et pour les trônes .
Mais crois moi, ma foi est grande dans l'avenir! La résistance sous toutes ses formes est là pour faire échouer tous les plans de main mise sur l'orient VOIRE sur le monde! En témoigne
l'embourbement des usa en Irak, 2006 et la superbe épopée de la résistance à Gaza.

Demain est un autre jour YANN!


 



Samia+Nasr 23/04/2009 19:58

Bonsoir Samia Lamine, j'ai essayé de faire un article sur la Palestine et toute son histoire, mais en fin de compte je me suis trouvée face à un mur, je n'ai pas aller jusqu'au bout pour mes articles, ça fait des années et des annés que le monde connait toutes les souffrances du peuple palestinien mais tout le monde se tait, la guerre continue contre les musulmans, les palestiniens, et puis le monde arabe va mal, le monde musulman aussi, le monde entier va mal, rien ne va bien, ces derniers jours j'essaie de parler de la fleur au lieu de la guerre, car depuis que l'année 2008 a fini mal en commançant par une nouvelle année dont le monde entier ont été témoin des massacres des palestiniens, je commençais avoir mal et ne plus avoir la joie, car je sais que rien ne changera le monde, les guerres ne finiront pas, et dans ma tête j'ai crée un nouveau monde, la fleur et les jardins d'éden, des visions ou imagination, je ne sais pas mais je préfére rester dans les rêves, bonne soirée, et merci de nous avoir fait partager des bons articles.

Samia Lamine 23/04/2009 21:16



BONSOIR SAMIA NASR.

Je suis contente que tu sois de nouveau sur mon blog après ton absence. Ma chère amie, j'ai reçu tous tes coms ; ceux qui parlent et ceux qui ne parlent pas... et ceux qui ne parlent pas en
disent plus long que ceux qui parlent!!!!!

POUR le reste ma chère amie, il ne faut jamais désespérer. L'histoire nous a appris que le monde connait des périodes d'essor et d'autres de régression. Now? nous sommes dans le gouffre noir mais
chaque période de désordre en prépare une lumineuse et INCHALLA nous verrons la justice et la paix debout!
Ne désespère pas chère amie, il y a toujours au font de la nuit une lueur qui éclaire l'horizon!
POUR CE QUI EST DES REVES. Nous en avons tous besoin, il nous permet de nous évader et c'est légitime et nécessaire pour tout être humain !
Moi, je dirais, ayons  un œil porté sur  le ciel et un autre sur la terre et la mer assure le lien et
l’harmonie de tout cet univers auquel nous appartenons.


COURAGE SAMIA. PATIENCE. «  tout vient à point à qui sait attendre ».


 


GROS BISOUS.


 



Samia+Nasr 21/04/2009 13:18

Bonjour Samia, je passe te souhaiter un bon mardi, je reviendrais le soir pour lire ton article, et commenter, car je dois le lire pour laisser mon avis, à ce soir alors, bises

Samia Lamine 21/04/2009 21:48



BONSOIR SAMIA NASR.

BON RETOUR parmi nous CHERE AMIE !

Samia Lamine.



Mohamed NOURI 21/04/2009 00:31

Bonjour  AMIE  SAMIA ,
Voilà une analyse objective qui s’appuie sur des réalités historiques incontestables.
J’ajouterais que si les dirigeants arabes avaient écouté BOURGUIBA, la situation de LA Palestine  et des palestiniens aurait , peut-être, évolué dans un sens beaucoup moins dramatique et « la peau de chagrin » aurait moins rétréci !
Que proposait l’ancien Président  tunisien dans son fameux discours de Jéricho ( 3 mars  1965 ) ? Il demandait aux Arabes d’agréer le plan de partage voté par l’ONU et donc de se prévaloir de la légalité internationale pour acculer Israël au pied du mur en l’obligeant  ainsi à se conformer à cette même résolution qui avait présidé à sa propre création. Ce qu’il ne pouvait refuser pour ne pas être en contradiction avec lui-même !
La stratégie de Bourguiba était inspirée de ce qu’il est convenu d’appeler  « la politique des étapes » ou « Gradualisme bourguibien », méthode qui avait fait ses preuves, en Tunisie, lors de la lutte pour l’indépendance.
Bourguiba  déclarait ceci à l’adresse de contradicteurs potentiels qui verraient dans l’acceptation proposée une quelconque démission : «  Il ne faut pas qu’on accuse de défaitisme ou de compromission tel ou tel leader arabe parce qu’il a proposé des solutions partielles ou provisoires si celles-ci représentent des étapes nécessaires sur la voie de l’objectif. (…) En Palestine, les Arabes repoussèrent les solutions de compromis. Ils refusèrent le partage et les clauses du Livre blanc. Ils le regrettèrent ensuite. Quant à la politique du « tout ou rien », elle nous a menés en Palestine à la défaite et nous a réduits à la triste situation où nous nous débattons aujourd’hui ».  « Il faut que, de la nation arabe, montent des voix pour parler franchement aux peuples, savoir que la lutte doit se poursuivre avec tout ce qu’elle comporte de détours, d’étapes, de ruses jusqu’au jour où nous aurons arraché, non seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour les générations futures,  une victoire complète et définitive ».  Et  le leader tunisien d’ajouter : « Il est extrêmement facile de se livrer à des proclamations enflammées et grandiloquentes. Mais il est autrement difficile d’agir avec méthode et sérieux. S’il apparaît que nos forces ne sont pas suffisantes pour anéantir l’ennemi ou le bouter hors de nos terres, nous n’avons aucun intérêt à l’ignorer, ou à le cacher. Il faut le proclamer haut. Force nous est alors de recourir, en même temps que se poursuit la lutte, aux moyens qui nous permettent de renforcer notre potentiel et de nous rapprocher de notre objectif par étapes successives. La guerre est faite de ruse et de finesse. L’art de la guerre s’appuie sur l’intelligence, il implique une stratégie, la mise en œuvre d’un processus méticuleusement réglé ».
Très amicalement
Mohamed  NOURI
 
 
 

Samia Lamine 23/04/2009 21:56



BONSOIR CHER AMI NOURI.

merci pour ton passage et ton commentaire.

En ce qui concerne Bourguiba et son discours à Ariha en 1965, dans le temps, à la fleur de l'âge de la révolution palestinienne et à l'époque de l'essor du nationalisme arabe, ses paroles, malgré
son insistance sur la nécessité de poursuivre la lutte pour la libération , pouvaient paraitre défaitiste.


 


Aujourd'hui, si les arabes tenaient à la lutte et soutenaient la résistance le chemin de la victoire
serait déjà tracé.


 
CEPENDANT, j'aimerais ajouter que Bourguiba parlait partant de son expérience avec la colonisation française à l'époque qui l'a menée à l'indépendance en suivant la voix des négociations à
coté de la résistance.


OR l'occupation en Palestine est un système colonial différent de l'expérience tunisienne. Il est basée sur la
négation totale de l'autre en théorie (voir sionisme) et en pratique : l'expatriation, l'expropriation des terres, les tueries etc…


MALGRE cela, comme tu sais les négociations ont fini par devenir un choix arabe surtout ceux qui se nomme
raisonnables , sages et réalistes et qu’avons obtenu depuis Madrid, Oslo jusqu’à Annapolis ???? Toujours, il nous est demandé de faire plus de concessions….Et bientôt ,il ne restera
 aux palestiniens pas mm l’espace de la niche d’un chien !!!!!


 


Voilà MON AMI, juste un petit com pour te remercier et donner un avis sur le discours de Bourguiba qui a
suscité tant de polémique.


ESPERONS DE MEILLEUR JOUR POUR L'AVENIR et j'ai la foi que la justice aura sa place un jour dans ce monde UP to
DOWN.
 


BONNE SOIREE SAMIA LAMINE.


 



Mohamed NOURI 20/04/2009 20:45

Bonjour  AMIE  SAMIA ,
Voilà une analyse objective qui s’appuie sur des réalités historiques incontestables.
J’ajouterais que si les dirigeants arabes avaient écouté BOURGUIBA, la situation de LA Palestine  et des palestiniens aurait , peut-être, évolué dans un sens beaucoup moins dramatique et « la peau de chagrin » aurait moins rétréci !
Que proposait l’ancien Président  tunisien dans son fameux discours de Jéricho ( 3 mars  1965 ) ? Il demandait aux Arabes d’agréer le plan de partage voté par l’ONU et donc de se prévaloir de la légalité internationale pour acculer Israël au pied du mur en l’obligeant  ainsi à se conformer à cette même résolution qui avait présidé à sa propre création. Ce qu’il ne pouvait refuser pour ne pas être en contradiction avec lui-même !
La stratégie de Bourguiba était inspirée de ce qu’il est convenu d’appeler  « la politique des étapes » ou « Gradualisme bourguibien », méthode qui avait fait ses preuves, en Tunisie, lors de la lutte pour l’indépendance.
Bourguiba  déclarait ceci à l’adresse de contradicteurs potentiels qui verraient dans l’acceptation proposée une quelconque démission : «  Il ne faut pas qu’on accuse de défaitisme ou de compromission tel ou tel leader arabe parce qu’il a proposé des solutions partielles ou provisoires si celles-ci représentent des étapes nécessaires sur la voie de l’objectif. (…) En Palestine, les Arabes repoussèrent les solutions de compromis. Ils refusèrent le partage et les clauses du Livre blanc. Ils le regrettèrent ensuite. Quant à la politique du « tout ou rien », elle nous a menés en Palestine à la défaite et nous a réduits à la triste situation où nous nous débattons aujourd’hui ».  « Il faut que, de la nation arabe, montent des voix pour parler franchement aux peuples, savoir que la lutte doit se poursuivre avec tout ce qu’elle comporte de détours, d’étapes, de ruses jusqu’au jour où nous aurons arraché, non seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour les générations futures,  une victoire complète et définitive ».  Et  le leader tunisien d’ajouter : « Il est extrêmement facile de se livrer à des proclamations enflammées et grandiloquentes. Mais il est autrement difficile d’agir avec méthode et sérieux. S’il apparaît que nos forces ne sont pas suffisantes pour anéantir l’ennemi ou le bouter hors de nos terres, nous n’avons aucun intérêt à l’ignorer, ou à le cacher. Il faut le proclamer haut. Force nous est alors de recourir, en même temps que se poursuit la lutte, aux moyens qui nous permettent de renforcer notre potentiel et de nous rapprocher de notre objectif par étapes successives. La guerre est faite de ruse et de finesse. L’art de la guerre s’appuie sur l’intelligence, il implique une stratégie, la mise en œuvre d’un processus méticuleusement réglé ».
Très amicalement
Mohamed  NOURI
 
 
 

Mohamed NOURI 20/04/2009 20:30

Bonjour  AMIE  SAMIA ,
Voilà une analyse objective qui s’appuie sur des réalités historiques incontestables.
J’ajouterais que si les dirigeants arabes avaient écouté BOURGUIBA, la situation de LA Palestine  et des palestiniens aurait , peut-être, évolué dans un sens beaucoup moins dramatique et « la peau de chagrin » aurait moins rétréci !
Que proposait l’ancien Président  tunisien dans son fameux discours de Jéricho ( 3 mars  1965 ) ? Il demandait aux Arabes d’agréer le plan de partage voté par l’ONU et donc de se prévaloir de la légalité internationale pour acculer Israël au pied du mur en l’obligeant  ainsi à se conformer à cette même résolution qui avait présidé à sa propre création. Ce qu’il ne pouvait refuser pour ne pas être en contradiction avec lui-même !
La stratégie de Bourguiba était inspirée de ce qu’il est convenu d’appeler  « la politique des étapes » ou « Gradualisme bourguibien », méthode qui avait fait ses preuves, en Tunisie, lors de la lutte pour l’indépendance.
Bourguiba  déclarait ceci à l’adresse de contradicteurs potentiels qui verraient dans l’acceptation proposée une quelconque démission : «  Il ne faut pas qu’on accuse de défaitisme ou de compromission tel ou tel leader arabe parce qu’il a proposé des solutions partielles ou provisoires si celles-ci représentent des étapes nécessaires sur la voie de l’objectif. (…) En Palestine, les Arabes repoussèrent les solutions de compromis. Ils refusèrent le partage et les clauses du Livre blanc. Ils le regrettèrent ensuite. Quant à la politique du « tout ou rien », elle nous a menés en Palestine à la défaite et nous a réduits à la triste situation où nous nous débattons aujourd’hui ».  « Il faut que, de la nation arabe, montent des voix pour parler franchement aux peuples, savoir que la lutte doit se poursuivre avec tout ce qu’elle comporte de détours, d’étapes, de ruses jusqu’au jour où nous aurons arraché, non seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour les générations futures,  une victoire complète et définitive ».  Et  le leader tunisien d’ajouter : « Il est extrêmement facile de se livrer à des proclamations enflammées et grandiloquentes. Mais il est autrement difficile d’agir avec méthode et sérieux. S’il apparaît que nos forces ne sont pas suffisantes pour anéantir l’ennemi ou le bouter hors de nos terres, nous n’avons aucun intérêt à l’ignorer, ou à le cacher. Il faut le proclamer haut. Force nous est alors de recourir, en même temps que se poursuit la lutte, aux moyens qui nous permettent de renforcer notre potentiel et de nous rapprocher de notre objectif par étapes successives. La guerre est faite de ruse et de finesse. L’art de la guerre s’appuie sur l’intelligence, il implique une stratégie, la mise en œuvre d’un processus méticuleusement réglé ».
Très amicalement
Mohamed  NOURI
 
 
 

gwendoline 20/04/2009 19:27

pardon de mon ignorance mais j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi ces deux peuples sont en guerre....n'y a t-il pas de place pour tout le monde ? ne peut-on pas être juif et palestinien et vivre en bonne intelligence??...Pourquoi ne pas laisser les enfants à leurs jeux et leur innocence?...Ce n'est pas leur place la guerre!...je ne suis ni pro palestinien, ni pro juif, j'aime tout le monde...

Samia Lamine 21/04/2009 21:26



Bonsoir.

Gwendoline, je te remercie pour ta lecture de l'article et ton com qui dénote d'un esprit ouvert et curieux.
JE vais essayer de te répondre en quelques mots.

Les palestiniens (arabes, chrétiens et juifs) vivaient en Palestine EN PAIX ET EN PLEINE HARMONIE. En 48, les sionistes venus du monde entier se sont intallés en Palestine causant du tort à un
peuple multiéthnique et ont occupé les territoires ,ont expatrié les habitants de ce pays, construit les colonies , ont tué dans des boucheries les milliers et depuis les palestiniens
défendent leur terre et aspirent à l'autodétermination. Quant à l'entité sioniste occupante, elle pratique depuis la politique de la destruction, de la séparation....

Donc, on peut dire que les palestiniens NE FONT LA GUERRE A PERSONNE puisqu'ils sont chez eux et ils ont même fini par accepter le partage mais en vain.
Bien amicalement .
samia lamine.



nefissatriki 20/04/2009 14:39

Un enfant palestinien et un drapeau c'est l'avenir de la terre palestinienne .

Samia Lamine 21/04/2009 21:31



Bonsoir Nefissa.

Oui , Néfissa malgré toutes les souffrances et les douleurs depuis soixante ans, malgré tout on doit regarder l'avenir qui verra la fin de toutes les injustices et l'instauration des droits
légitimes et légaux.
 A bientot.
Samia Lamine.



Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

174 836 (Dernière mise à jour:23/ 08/ 2017

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)