Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 11:13







 

                                          DEUIL et DESTIN.
        
        
       

 

           Si son enfant avait vécu, il aurait eu aujourd’hui vingt ans. Etant intelligent, sérieux et studieux, il aurait, déjà, eu son bachot. Il aurait rencontré une jeune fille qu’il aurait aimée et comblée de sa verve de jeune adolescent ; Son cœur était si tendre, si affectueux et si attentionné malgré les épreuves imposées par le destin géographique.
        
        Chaque jour, Sitt Amall* se lève le matin, porte le regard vers le ciel, fait ses ablutions puis, après le « assalamou aleykom »* annonçant la fin de toute prière, elle dirige ses yeux vers le mur où le portrait de son enfant la regarde vivre depuis huit ans.
        Elle s’effondre en larmes, comme à chaque fois qu’elle le revoit entrain de jouer, comme chaque fois qu’elle le revoit réviser ses leçons, comme chaque fois qu’elle le revoit dormir tel un ange. Ainsi, Amall vit entre son quotidien : les travaux ménagers, l’éducation de ses enfants et les souvenirs.
        Depuis huit ans, les cheveux de la quadragénaire perdent chaque jour de leur couleur noire, chaque jour son visage creuse un sillon de plus et ses yeux s’enfoncent davantage. Après son dernier accouchement du garçon qui, aujourd’hui, porte le nom de son frère martyr, le corps de la jeune dame s’est amolli et affaibli. En la voyant, on croirait une vieille qu’un siècle a vue déchoir et dégénérer.
        
        Aurait-elle connu un autre sort si le cadavre de son fils, arraché subitement à la vie, n’avait pas été ramené baignant dans son sang pareil à un oiseau que de terribles yeux chasseurs avaient visé ? Sûrement, les souffrances de vivre dans le ghetto noir auraient été adoucies par son sourire, ses jeux et ses rêves…
        
        C’était le 30 septembre 2000, au Carrefour, rue Salaheddine, à proximité de la colonie de Netzarim, dans la Bande de Gaza, que le corps de Mohamed Dorra a été perforé par des balles criminelles… Elles ont violé et volé son enfance, son innocence et la jeunesse de sa mère…tout comme le village Oued Hanna que son grand père paternel avait dû quitter en 48 pour le camp d’ Al Barij où sa famille endeuillée a reçu les condoléances dans le silence des uns, les cris déchirants des autres et les « you- you » de certaines.

 

 Ce jour là, le petit était parti, avec son père Jamel, acheter une voiture. Sur le chemin du retour à la maison, à cause des tirs dans le carrefour, le taximan les avait obligés à descendre. Et ils avaient dû continuer le chemin à pieds…
        
        Mohamed avait toujours rêvé de devenir médecin pour soigner les blessés ou architecte pour concevoir les maisons à reconstruire dans son pays…


Samia Lamine© 2009

Partager cet article

Repost 0
Samia Lamine - dans Récit
commenter cet article

commentaires

nefissatriki 03/04/2009 13:47

Salut Samia Mohammed Eddorra n'est pas le seul innocent qui a perdu trop tôt sa vie .Le peuple palestinien est un peuple oublié par le monde entier .Que faire quand un pére serre le sang de son enfant et même le vent et l'air ne transmettent pas ses hurlements et ses larmes aux "empereurs "de la terre ????????????Que faire si les damnés de la terre sont tués mille fois?????????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Amicalement

LADY MARIANNE 18/03/2009 20:35

bonsoir Samia,c'est vrai que des fois OB est en maintenance ou que je rame sur mon blog - mais sinon ça à l'air de fonctionner.bonne continuation  Lady Marianne

Samia Lamine 19/03/2009 21:04



Bonsoir Lady.

Je tiens à te remercier pour ton attention et tes souhaits.

BONNE SOIREE.

SAMIA LAMINE.



LADY MARIANNE 17/03/2009 17:40

quel cruel destin -tragique !!je suis émue à la lecture de cet article -amitiés lady marianne

Samia Lamine 17/03/2009 22:17



Bonsoir Lady MARIANNE.

EH! OUI! Ce récit est inspiré d'un évènement réel.

A propos, Lady, j'ai maintes fois essayé de vister ton blog mais je n'ai jamais pu. E n tout cas, j'essayerai encore.

AMITIES.
SAMIA LAMINE.



Le blog-voyage de Nichan 17/03/2009 01:27

Ton texte est bouleversant.C'est terrible , atroce pour ces gens qui vivent dans cet enfer.Merci pour ta visite et ton com.

Samia Lamine 17/03/2009 01:36



BONJOUR NICHAN.

Merci à toi aussi d'avoir prêté attention au récit comme au sort de ceux qui depuis 60 ans souffrent de la colonisation en ce siècle où la dignité humaine est bafouée dans ces lieux.

Bonne journée.
Samia lamine.



Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

 169 500 (Dernière mise à jour:14/ 03/ 2017.)

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)