Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 20:48




TRAVERSEE.



 



On a enseveli mon rêve dans les dunes

On a éjecté mon âme dans les brumes

On a brûlé mon cœur dans la cheminée

On a effacé mon nom de la destinée

L’ombre de mon ombre regarde le vide glacé

Et prend les mots pour une traversée

Elle a navigué des siècles pour se créer

Elle  sonde le rivage de la langue pour s’inventer

Je trouve le phénix sur l’arbre de la parole rimée

J’ y dépose le chant de tous les cœurs rebelles

Qui, de leurs ailes voleront colombes dans le ciel

Ou aigles délivreurs des poitrines harassées

 Ma bouche depuis des siècles obstruée s’ouvre grenadier.


   Samia Lamine © 2008

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

djila 13/03/2009 22:31

douleur  du  chant...mais beauté de l'espérance comme un fruit sucré ..et rouge..!!!autant de symboles comme des repères sur le chemin de l'auteur..

Samia Lamine 14/03/2009 16:53



Bonsoir Djila.

La poésie, son chant, sa beauté, son ouverture sur les maux grâce aux mots sont l'issue... Elle est l'espoir...
SAMIA. 



Samia Nasr 02/03/2009 20:31

Ton poème est sublime, triste mais les mots y sont comme la saveur sucrée et amere des graines des grenadiers, là je veux dire que la tristesse est dans l'expression poétique mais les mots sont sublimes.Bonne soirée, bises

Samia Lamine 02/03/2009 20:42


merci beaucoup samia nasr pour ton appréciation.

SAMIA LAMINE.


arlette philbois 28/02/2009 13:03

Bonjour Samia, un bel écrit, Mohamed à tout dit, rien à ajouter !belle journée sous le soleil

Samia Lamine 28/02/2009 22:34



BONSOIR ARLETTE.

OUI ARLETTE NOURI A TOUT DIT! MERCI A TOI, oui il fait très beau ici!

SAMIA.



Mohamed NOURI 27/02/2009 22:08

Bonsoir AMIE SAMIA,Cet excellent poème est d’une facture nouvelle dans l’ensemble de ton œuvre poétique. Il est original par sa forme et surtout par les images qui y soutiennent la pensée. Elles se distinguent par leur aspect insolite et parfois même surréaliste ( Cf à titre d’exemple : Ma bouche (…..) s’ouvre grenadier ). Le renouveau se décèle aussi dans la suppression des signes de ponctuation, laquelle matérialise cette volonté de libérer la parole de tout frein, de toute contrainte, à commencer par celle de ces signes qui indiquent les divisions du texte, donc qui freinent ou endiguent l’écoulement des mots. Il y a deux pronoms personnels qui se partagent le texte : le ON et le JE . Le premier a un statut d’agresseur ( cf « On a enseveli,…. Brûlé, …éjecté,….effacé ») ; le second a un statut de persécuté, au début, puis de révolté et de libéré par la suite ( cf « Ma bouche depuis des siècles obstruée s’ouvre grenadier » ).Dans la première strophe à tonalité pathétique, l’oppression dont est victime le JE est soulignée par les verbes dont l’intensité évolue de l’ensevelissement à l’effacement total, en passant par l’éjection et l’incinération (du cœur). L’anaphore sur « ON A + verbe » a pour effet de dénoncer les agresseurs et de renforcer la complainte de la victime qui reste DIGNE malgré tant de malheurs. Le ON peut désigner une entité physique ou morale qui exerce un pouvoir ou une pression de quelque nature qu’elle soit sur l’individu. Ce pouvoir est castrateur puisqu’il fait avorter les rêves et les ambitions, incinère les cœurs et élimine des individualités. Ses forfaits sont accomplis dans les dunes ( milieu désertique symbole de stérilité ) et dans les cheminées ( milieu incandescent où tout est réduit en cendres, cendres d’où jaillira un cœur nouveau, à la fin du poème).Dans la strophe suivante, il y a l’entrée en jeu d’un troisième acteur qui est l’OMBRE DE L’OMBRE ou comme disent les biologistes, la cellule souche qui a échappé à l’extermination et par laquelle la résurrection deviendra possible. En effet, cette ombre va faire migrer le VERBE à travers les océans vers l’autre rive où s’opèrera la RESURRECTION des rêves, du cœur et du nom. La traversée se fait au prix d’efforts violents puisque lombre FEND les flots. Ce qui montre qu’une forte détermination a présidé à l’entreprise migratoire. Mais cette dernière ne se limite pas à un passage, elle va devenir SONDAGE et recherche d’une langue nouvelle pour s’exprimer de nouveau. A ce propos, on peut faire remarquer au passage que le mot LANGUE désignerait et le langage et l’organe de la libre expression des opinions. On comprend alors que la résurrection va se faire par le VERBE et en l’occurrence par la POESIE.Dans la deuxième partie de la strophe, on va assister à l’intervention du deuxième acteur le JE par qui vont devenir réelles la REVOLTE et la RESURRECTION. Celle-ci s’opère par analogie avec le PHENIX, oiseau fabuleux unique de son genre qui, brûlé, renaissait de ses cendres. Ici, le JE le retrouve perché sur l’arbre de la POESIE qui se remet à verdir après une longue léthargie où la parole était muselée. Remarquons que le mot PHENIX désigne aussi, depuis le XVIe siècle, toute personne qui, comme notre poétesse, est unique en son genre et supérieure par ses dons et ses brillantes qualités. La résurrection de la parole rimée va se trouver renforcée par la métamorphose des CŒURS RESSUSCITES en COLOMBES, symbole de PAIX, et en AIGLES, symbole de PUISSANCE et de GLOIRE. Cette mutation est un acte magique qui s’opère après que la poétesse eut déposé sur « l’arbre au phénix » le chant de tous ces cœurs rebelles et révoltés contre toute forme d’oppression qui étouffe et hypothèque la liberté d’expression et qui empêche les individus de S’AUTODETERMINER. Ces aigles auront pour mission de délivrer tous les opprimés, toutes les victimes de l’injustice et de la tyrannie.Ce mouvement d’affranchissement de la PAROLE, de l’ART et de L’INDIVIDU se concrétise dans le dernier vers de la pièce par la transformation de la bouche, organe de la parole articulée, en grenadier, terme polysémique désignant l’arbre, symbole de verdure, de fécondité et donc de PAIX et le soldat affecté au lancement des grenades, symbole de violence dans la contestation et la révolte. Tu as brillamment réussi à exprimer ce mouvement d’INSURRECTION qui engendre LA RESURRECTION !B R A V OTRES POETIQUEMENT, AMIE.N O U R I

Samia Lamine 28/02/2009 22:31



BONSOIR.

Je ne sais que dire pour te remercier pour cet admirable commentaire!!!!!!

"Seul le silence est grand tout le reste est faiblesse"

MERCI BEAUCOUP NOURI.

Samia.



Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

 169 500 (Dernière mise à jour:14/ 03/ 2017.)

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)