Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 12:34


                                              DEFI.


Tel un fantôme au visage hideux,

Elle fixe avec son regard aboli dans son creux,

Avance au pas de ses os crissants

Et crache la flamme de ses mots brûlants.

 

« -Oh ! Vivant aveugle et sourd !

Où vas-tu ? Regarde la pendule de tes jours !

Elle traîne et tourne sans détours à pas lourds,

Branches millénaires d’un arbre aux veines noueuses,

Araignées dans les coins des grottes poussiéreuses.

 

-Ombre noire ! Les yeux de mon corps la voient,

La langue de mes mots ne l’ignore pas.

Et  mon squelette épuisé la transperce

Ignorants la houle de ses minutes qui tergiverse.

Roi de Corinthe, je ne me lasse pas des poids 

Quand bien même le ciel s’écroulerait sans retour,

Quand bien même mon empire roulerait sans secours.

 

Minuscule Hercule, j’aurais été sous ton rude tronc,

Mon doux chant défiera ton gigantesque  démon ! »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice HUGO. 26/03/2009 15:32

Difficile de commenter ce Poème après le brillant exposé de Mohamed NOURI !Je retiendrai la douce violence du Verbe qui, encore ici, fait flamboyer la noblesse de tes émotions. Et cette combativité qui t'honore et dont la lumière m'a éblouie.Je suis enchantée de te connaître, Samia.

Samia Lamine 28/03/2009 02:13



Bonjour Alice.

Que vais-je dire Alice??

La présence d'Alice et du superbe spécialiste Nouri dans mon blog m'honore ET me comble de joie.

A+
SAMIA LAMINE.



Mohamed NOURI 23/01/2009 20:37

Bonsoir AMIE SAMIA,Ceci est le poème de la révolte par le Verbe séditieux. Révolte contre le sort, révolte contre l’ordre établi et révolte contre l’oppression et la tyrannie où qu’elles s’exercent dans le monde.Ce texte en vers libres rimés nous brosse de la vie un tableau sombre, lugubre et même macabre, par endroits. Ces « araignées dans les coins des grottes poussiéreuses » ne traduisent-elles pas toute la laideur et la déchéance de notre monde ? Ce spectacle n’est pas sans rappeler cette même vision que Baudelaire exprime dans SPLEEN lorsqu’il évoque ce « peuple muet d’infâmes araignées/ (qui) vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux » ou cette « chauve-souris (l’Espérance) se cognant la tête à des plafonds pourris ». Les deux poètes éprouvent cette sensation d’étouffement qui dégénère en révolte, violente et désordonnée chez Baudelaire mais calme et contrôlée chez Samia (n’écrit-elle pas, défiant le tyran : « MON DOUX CHANT défiera ton gigantesque démon ») ? Ce « doux chant » incarnerait-il ce que Gandhi avait appelé la « résistance passive », non violente ? Peut-être. Mais en tout cas, une résistance déterminée face à l’injustice, au despotisme et à la cruauté, pas seulement des Hommes mais aussi du DESTIN. Voilà que Samia revisite sans le nommer le mythe d’Antigone résistant à son oncle le roi Créon, successeur d’Œdipe ! Dans ce très beau poème, le roi de Corinthe que défie la poétesse, désigne proprement Cypsélos, tyran corinthien du v IIèm siècle av.J.C et par emploi métonymique, n’importe quel despote dans le monde actuel.Poème très bien élaboré où la densité de l’expression et la richesse thématique ne laissent pas indifférent le lecteur attentif à toute forme d’art exprimant le mal-être de l’Homme moderne et la résistance qu’il oppose au destin hostile et aux puissances qui le servent.B R A V O SAMIATrès poétiquement, A M I E.Mohamed NOURI

Mohamed NOURI 23/01/2009 20:36

Bonsoir AMIE SAMIA,Ceci est le poème de la révolte par le Verbe séditieux. Révolte contre le sort, révolte contre l’ordre établi et révolte contre l’oppression et la tyrannie où qu’elles s’exercent dans le monde.Ce texte en vers libres rimés nous brosse de la vie un tableau sombre, lugubre et même macabre, par endroits. Ces « araignées dans les coins des grottes poussiéreuses » ne traduisent-elles pas toute la laideur et la déchéance de notre monde ? Ce spectacle n’est pas sans rappeler cette même vision que Baudelaire exprime dans SPLEEN lorsqu’il évoque ce « peuple muet d’infâmes araignées/ (qui) vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux » ou cette « chauve-souris (l’Espérance) se cognant la tête à des plafonds pourris ». Les deux poètes éprouvent cette sensation d’étouffement qui dégénère en révolte, violente et désordonnée chez Baudelaire mais calme et contrôlée chez Samia (n’écrit-elle pas, défiant le tyran : « MON DOUX CHANT défiera ton gigantesque démon ») ? Ce « doux chant » incarnerait-il ce que Gandhi avait appelé la « résistance passive », non violente ? Peut-être. Mais en tout cas, une résistance déterminée face à l’injustice, au despotisme et à la cruauté, pas seulement des Hommes mais aussi du DESTIN. Voilà que Samia revisite sans le nommer le mythe d’Antigone résistant à son oncle le roi Créon, successeur d’Œdipe ! Dans ce très beau poème, le roi de Corinthe que défie la poétesse, désigne proprement Cypsélos, tyran corinthien du v IIèm siècle av.J.C et par emploi métonymique, n’importe quel despote dans le monde actuel.Poème très bien élaboré où la densité de l’expression et la richesse thématique ne laissent pas indifférent le lecteur attentif à toute forme d’art exprimant le mal-être de l’Homme moderne et la résistance qu’il oppose au destin hostile et aux puissances qui le servent.B R A V O SAMIATrès poétiquement, A M I E.Mohamed NOURI

Samia Lamine 09/02/2009 14:13


MAGNIFIQUE ET SUPERBE COMMENTAIRE! Il est d'une relle qualité!!!! C'EST L'OEIL D'UN CRITIQUE LITTERAIRE QUI FAIT LA CHIRURGIE De CE POEME..


ideaux-mots 04/01/2009 12:04

Coucou Samia, un p'tit coucou pour te souhaiter 'tout le bonheur du monde' Bisoux

Samia Lamine 09/02/2009 14:15


Coucou IDEAUX.

Je m'excuse si j'ai pas répondu plus tot. En fait j'étais absente et me voilà.

A+
SAMIA.


magnétique 01/01/2009 12:57

Un poème très fort...BONNE ANNEE...

Samia Lamine 09/02/2009 14:26



BONJOUR

Sorry. vue mon absence, je n'ai pas pu te répondre.mais il vaut mieux tard que jamais: BONNE ANNEE.



Samia Nasr 31/12/2008 20:05

carambaole:0114: 30/12/2008 13:39


Bonjour
la fin de l'année n'est en somme que
le commencement d'une autre!!!!!!!!
Mais la faim d'année ,c'est souvent
le commencement de la fin
Mon souhait;que personne n'aie faim
en cette fin d'année.
Un peu gros mon com ,m'enfinnnnn

Samia Nasr 24/12/2008 03:09

Je te souhaite des joyeuses fêtes, bonne nuit

Samia Nasr 22/12/2008 15:12

Bonjour Samia,Un poème très fort, Antigone, une mythe et c'est aussi un récit sur cette femme qui a souffert de l'injustice de son popre frère...Sublime, bonne journée

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

 169 500 (Dernière mise à jour:14/ 03/ 2017.)

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)