Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 17:42

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
JUSQU’A QUAND... ?

 

Gazaouis, vos cris stridents déchirent les cieux ;

Alertes étouffées dans le gouffre du ghetto

Zébré de barrages, de murs. Sans vivres et sans eau.             

Ah ! Vous, résistants patients : enfants, femmes et vieux

Offusqués, offensés par l’infâme embargo,

Un jour, avant de mourir, verrai-je vos haros,

Inouïs, se déployer par dessus tous les toits?

Serai-je vivante, oh ! Frères ! Serai-je là ?

 

 

 

© 2008 Samia Lamine


                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nefissa triki 11/01/2011 12:05



هذا قصيد من عمق أرواحنا الموجوعة


يصرخ كما يصرخ أهل غزة


إلام


إلام


إلام


هذا الحصار وهذا البطش الصهيوني والتجاهل العالمي وخاصة من الغرب لهذه المأساة الإنسانية التي رسم خيوطها المستعمر وأعوانه



Samia Lamine 16/01/2011 09:42



Ce qu'on a enduré du gouvernement Ben Ali est aussi dur que ce que souffre nos frères palestiniens de l'autorité occupante. Une tous les pays arabes seont libérés des dictatures traitresses de la
cause arabe, la palestine se libèrera


 



baya 06/01/2009 21:12

bonsoir samiabeau poeme rempli de veritébientot tres bientot ont ne peut gagner une guerre en faisant taire des enfantsamitieés

djila 13/12/2008 15:18

alayssa essobeho bi karib?  le matin est si proche... ne t'en fais pas...on sera tous là...merci pour ce texte ..trés beau...djila..

Samia Lamine 13/12/2008 21:36



Bonsoir Djila.
Bala ya akhi! TOUT l'espoir est entre les mains de la résistance sous toutes ses formes.
AMITIES.
SAMIA.



Samia Lamine 29/11/2008 13:21

Salut Nouri.
MERCI  pour de ton commentaire de professionel. Tu as su mettre en valeur l'esthétique du poéme qui s'est voulu conatif , référentiel et expressif à la fois.
Samia.
 

Mohamed NOURI 28/11/2008 17:22

Bonsoir AMIE SAMIA,Ce beau poème vient à point nommé pour CRIER HARO SUR L’ARBITRAIRE ET LA TYRANNIE. Au point où les choses en sont arrivées à GAZA, il est du devoir de chaque conscience éprise de PAIX et de JUSTICE de dénoncer la conspiration du silence qui se trame, dans certaines capitales occidentales ,autour de l’embargo qui frappe le peuple palestinien frère depuis déjà deux mois .Je pense que ce texte vise, par la description de la situation des Gazaouis, à sensibiliser les esprits libres au devoir de solidarité envers ces vaillants affamés. La tonalité à la fois épique et pathétique des vers prouve que l’intention est de rompre le silence et de glorifier le combat de tout un peuple.L’auteur a admirablement rendu la pesanteur de l’atmosphère générale dans cette région de la Palestine par l’emploi de l’allitération en spirante labiale sourde F dans les vers : « Alertes étouFFées dans le gouFFre du ghetto », « oFFusqués, oFFensés par l’inFâme embargo. » Cette sonorité s’apparente au F dans ouF ou Pfff, deux interjections qui expriment la douleur, l’étouffement.Le choix de constructions au vocatif est pertinent ici parce que le scripteur s’implique dans le discours pour transmettre son message personnel de façon directe aux victimes : »Gazaouis, vos cris….. », « Ah ! vous, résistants…. », « Oh ! frères… » La poétesse s’implique également dans les deux derniers vers quand elle écrit : « Un jour, avant de mourir, verrai-je…. » et « Serai-je vivante…. ? serai-je là ? »Ce poème secoue les consciences pour les éveiller. Il tire la sonnette d’alarme sur le crime contre l’Humanité que l’occupant est en train de commettre à Gaza.Très beau texte !TRES POETIQUEMENT, AMIE.

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

 169 500 (Dernière mise à jour:14/ 03/ 2017.)

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)