Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 12:30
Farid Latrach.

Farid Latrach.

Te revoilà

O jour de ma naissance

Te revoilà  

O toi malheureux jour

 

La jeunesse s’est écoulée

Entre mes mains

Et les cheveux blancs

Ont envahi ma raie

 

Comme j’aurais aimé que tu n’eusses été

O jour de ma naissance

Qu’un jour sans lendemain 

 

Comme j’aurais aimé

Depuis l’éternité

N’avoir pas vécu cette vie

 

Cette vie… je l’ai vécue

Et je la vis encore

Dans l’ignorance qu’elle est… une vie

 

Comme j’aurais aimé

Depuis l’éternité

N’avoir été qu’une âme

Et que je le suis encore…

 

Je suis une existence

Sans jeunesse

Et une vie sans printemps

 

J’achète l’amour

Contre la souffrance

J’achète…

Qui donc vend ?

 

Je ne suis qu’une illusion

Je suis un miraaaaaaaage

 

Chanson de Farid Latrache traduite de l’arabe par Samia Lamine.

Paroles de Kamel Chennawi.

Musique : Farid Latrache

Maqam : Kord.

(1962)

 

عدت يا يوم مولدي...


كلمات: كامل الشناوي 
ألحان: فريد الأطرش 
مقام: كرد 
تاريخ: 1962

 

9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 18:56
Elève ta voix et Chante- Mohamed Mounir-( Traduction: Samia Lamine.) علي صوتك بالغنى

Elève ta voix et chante

Les chants sont encore possibles

Il nous reste tant et tant à vivre

Et si un jour tu te sens brisé

Tu dois te lever debout comme le palmier

Regardant le ciel

 

Non à la défaite

Non à l’abattement

Non à la peur

Non aux rêves poussant dans le désert

Elève la voix et chante

Les chants sont encore possibles

 

Ton chant dans la foule

Secoue de joie le cœur de la nuit

Guérit la blessure du blessé

Tu danses… Je danse

 Malgré moi je danse

Mon rêve s’allie à ton rêve

 

Non à la défaite

Non à l’abattement

Non à la peur

Elève ta voix et chante

Non aux rêves poussant dans le désert

Les chants sont encore possibles

Possibles… Possibles… Possibles…

Chanson traduite de l’arabe par Samia Lamine.

ترجمتها للفرنسية : سامية الامين

 

Paroles : Kaouthar Mostapha

Musique : Mouji et Tawil

Interprétation : Mohamed Mounir

Extrait du film « Le destin ». Youssef Chahine.

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 18:30
Mahmoud Darwich.

Mahmoud Darwich.

Comme l’herbe qui pousse entre les jointures des rochers,

On s’est rencontré deux étrangers… un jour*

Le ciel printanier composait l’étoile après l’étoile.

Et moi, je composais une strophe d’amour

Pour tes yeux… Et je l’ai chantée !

 

Tes yeux, savent- ils que j’ai attendu longtemps

Comme l’été a attendu un oiseau

Et que j’ai dormi comme l’émigrant

Dont un œil se ferme tandis que l’autre longuement éveillé

Pleure sa sœur… ?

Amoureux, nous sommes

Jusqu’à ce que s’endorme la lune.

Et nous savons que les étreintes et les baisers

Sont la nourriture des nuits d’amour…

Et que le matin appelle mes pas à poursuivre

La  route… encore un nouveau jour !

 

Amis, nous sommes… Marche, donc, près de moi main dans la main

Ensemble… nous ferons le pain et les chansons !

Pourquoi  demander à ce chemin…  où il nous mène…

Et comment il a cicatrisé nos pieds ?

Mon destin et le tien... C’est d’aller

 Ensemble  pour l’éternité !

Pourquoi chercher  les tristes élégies dans un recueil ancien?

Et pourquoi nous demander : O ! Amour vas- tu durer ?

Je t’aime…

De l’amour des caravanes pour l’oasis d’herbes et d’eau

Et de l’amour du pauvre pour le pain !

 

Comme l’herbe qui pousse entre les jointures des rochers

On s’est rencontré deux étrangers… un jour*

Et nous resterons camarades  pour toujours…

 

Poème de Mahmoud Darwich traduit de l'arabe par :Samia Lamine.

 

(أجمل حب - محمود-درويش: ترجمتها الى الفرنسية سامية الامين

 

Poème original en arabe chanté par Marcel Khalifa: * Dans la chanson, Marcel Khalifa a remplacé dans le refrain le mot "un jour" ("yawmann") par " ensemble" (°maan").

مرسال خليفة - اجمل حب - شعر محمود درويش.

1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 09:49
NOVEMBRE ET MOI.
NOVEMBRE ET MOI.

Novembre en moi
Tout en émoi
Entrée en vie
En ce mois
Comme l’Algérie
"Kassaman"
 

 

Depuis que les bois sont logis
Des amants humains et non humains
Depuis… 
Des soleils ont tourné des millions de milliards de fois

......................................................................................

Et… aujourd’hui
Malgré le trou d’ozone si chaud 
Malgré le dégel des océans
L’univers gèle de froid...
Aujourd’hui
Les sangs ont coagulé
Les organes ont tourné
La langue est de bois
Les cœurs ne sont plus grenats
Plus de foie ni de pancréas
MAIS des lingots d’or tintant 
Dans les cadavres des loups hurlant 
Avec le vent qui s’achète et se vend
Au plus crachant…

 

Ah ! Mon cœur
Ah ! Mon sang
Où vais-je me réfugier
Que vais- je faire
En ce mois de novembre
En ce new  millénaire sans air

Et dans cette sphère sans coeur

 

Soudain
Les pétales d’une rose endolorie
Perdus dans les galaxies eux aussi
Me chantent un chant:

"L’amour est en moi
Les rêves sont mon toit
Le chant de la rose est ma foi
"Kassaman" est ma loi"

Après un moment
Ils m’enveloppent et nous disparaissons...
Je ne sais ni où nous allons
Ni sur quel quai nous débarquerons
Peut-être qu’après l’hiver nous renaîtrons 
Au prochain printemps
Et peut- être à jamais nous disparaîtrons
Avec le souffle d’une flûte dans le vent

Kassaman en moi
Un tambour de novembre
Un air en colère
Un orage contre les brutes

Un luth qui lutte
Un rivage pour les écumes
Une flûte dans la brume
Un triste violon....

                    pour les amants

Samia Lamine.


1er Novembre 2014.

30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 10:03
على هذه الارض ما يستحق الحياة- محمود درويش.
على هذه الارض ما يستحق الحياة- محمود درويش.
على هذه الارض ما يستحق الحياة- محمود درويش.

على هذه الارض ما يستحق الحياة- محمود درويش.

Sur cette terre, il y a ce qui vaille la peine qu’on vive : L’hésitation d’avril, l’odeur du pain

 A l’aube, les opinions d’une femme sur les hommes, les écrits d’Eschyle, le début

De l’amour, de l’herbe sur un rocher, des mères debout sur le fil d’une flûte, et la peur

Des conquérants devant les souvenirs.

 

 

Sur cette terre, il y a ce qui vaille la peine qu’on vive :

La fin de septembre, une femme qui quitte

 La quarantaine avec tous ses abricots, l’heure du soleil en prison, un nuage qui imite

Un essaim d’êtres, les acclamations d’un peuple à la gloire de ceux qui s’élèvent au ciel

En souriant et la peur des tyrans devant les chansons.

 

 

Sur cette terre, il y a ce qui vaille la peine qu’on vive: Sur cette terre, il y a la dame

De la terre…

La mère des commencements et la mère des fins.Elle s’appelait la Palestine.Et désormais,

Elle s’appelle La Palestine. Madame, parce que tu es ma Dame, ma vie vaut la peine d’être vécue.

 

Poème de Mahmoud Darwich traduit en français par Samia Lamine. 

 

Lien vers un article précédent consacré au poème:http://samialamin.over-blog.fr/2016/03/sur-cette-terre-il-y-a-ce-qui-vaille-qu-on-vive-mahmoud-darwich.html

 

Le texte original en arabe:

على هذه الأرض ما يستحقّ الحياة لمحمود درويش ترجمتها للفرنسية سامية الامين.

على هذه الأرض ما يستحق الحياة: تردد إبريل، رائحة الخبزِ

في الفجر، آراء امرأة في الرجال، كتابات أسخيليوس ، أول

الحب، عشب على حجرٍ، أمهاتٌ تقفن على خيط ناي، وخوف

الغزاة من الذكرياتْ.

على هذه الأرض ما يستحق الحياةْ: نهايةُ أيلولَ، سيّدةٌ تترُكُ

الأربعين بكامل مشمشها، ساعة الشمس في السجن، غيمٌ يُقلّدُ

سِرباً من الكائنات، هتافاتُ شعب لمن يصعدون إلى حتفهم

باسمين، وخوفُ الطغاة من الأغنياتْ.

على هذه الأرض ما يستحقّ الحياةْ: على هذه الأرض سيدةُ

الأرض، أم البدايات أم النهايات. كانت تسمى فلسطين. صارتْ

تسمى فلسطين. سيدتي: أستحق، لأنك سيدتي، أستحق الحياة.

3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 08:37

Thérèse Raquin est le troisième roman de l'écrivain français Émile Zola publié en 1867. Ce roman présente déjà les caractéristiques du naturalisme développé plus tard dans le cycle des Rougon-Macquart: une fresque de 20 romans écrits entre 1871 et 1893, qui porte comme sous-titre: Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire.

4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 19:16

" La vérité... l'âpre vérité." 

30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 00:09
Dans la station du train, Mona ALLASSI- (Traduction: Samia Lamine)
Dans la station du train, Mona ALLASSI- (Traduction: Samia Lamine)

Dans la station du train

L’attente guide les directions

Vers leurs destinées

Les voyageurs occupés à manger

Leurs fast- food

Avec la lenteur de la tortue

Ils boivent le café

Pour que leurs cœurs ne se réveillent pas

Et la bière sur leurs lèvres

Raccourcit l’écume de l’absence

 

Seul

Il était penché sur le mur de la folie

Avec ses pieds qui essayaient de s’endormir

Sur un corps tremblant

Préoccupé par un morceau de tissu

Qui n’a de couleur qu’une hémorragie

 Nasale

Et une larme qui avait perdu son chemin

A coulé de son pantalon.

 

Mona Allassi (Traduction: Samia Lamine.)

 

Le texte original en arabe:

 

في محطة القطار 
الانتظار يقود الجهات 
الى مصائرها 
المسافرون منشغلون بتناول وجباتهم 
السريعة 
ببطء سلحفاة
يشربون القهوة 
حتى لا تصحو قلوبهم 
والبيرة على شفاههم 
تختصر رغوة الغياب


وحده 
كان يتكئ على جدار الجنون 
بقدمين تحاولان النوم 
على جسد مرتجف 
منشغل بقطعة صغيرة من القماش 
لا لون لها سوى نزيفاً 
مخاطياً
ودمعة ضلّت طريقها فسالت 

من بنطاله

.منى العاصي

18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 10:48

La Bête humaine est un roman d'Émile Zola publié en 1890, dix-septième volume de la série Les Rougon-Macquart.

5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 21:10
TUNISIE. (Sghaier Ouled Hmed.) - (Poème traduit par Samia Lamine)
TUNISIE. (Sghaier Ouled Hmed.) - (Poème traduit par Samia Lamine)

TUNISIE.

1-

J’ai abandonné la vie...

Et j'ai dit: Vis- là en

Poésie

Et prose

Critique

Et missionnaire

Durant les quatre saisons…

 

 

2-

Une femme

Et ma mère

……………………….

Je n’ai point de... tombe...

Dans l’après…

(Dans l’autre…)

Que  ces sept lettres:

TUNISIE*

 

Poème de Mohamed Sghaier Oulad Hmed traduit de l'arabe par Samia Lamine (05/04/2016)

 

Notes :

-*Dans le texte en arabe, le poète parle de «quatre lettres » car le mot « TUNISIE» en arabe est, en effet, composé de 4 lettres ت و ن س

 

Sur sa page FB, le poète Ahmed Sghaier Ouled Hmed a posté son dernier poème écrit à l’hôpital militaire de Tunis la veille de son décès et le jour de son anniversaire le 4 avril 2016.

 

اخر ما كتبه الصغير اولاد احمد على صفحته على الفيسبوك يوم 4 افريل 2016:

تونس

 

1-

سلّمتُ في الدُّنيا...

وقلتُ:أ كونُها:

شعرًا

ونثرًا

ناقدًا

ومُبشّرًا

...طولَ الفصولِ الأربعهْ

 

-2

أنْثَى

وأمّي

...........................

ليس لي .... قبْرٌ

في المــَا-بعْدُ

(في الأُخْرى)

سوى هذي الحُروفِ الأربعهْ:

تونس

 

المستشفى العسكري

4- 4 – 2016

 

Présentation

  • : Le blog de SAMIA LAMINE
  • Le blog de SAMIA LAMINE
  • : Mon blog est un miroir... Le reflet de toi, lui, moi… Vous y trouverez mes articles en réaction aux événements de l’actualité… Ma poésie… Des poèmes et chansons traduits de l’arabe… Mes chansons et poèmes célèbres préférés… De l’humour pour rire… mais aussi pour réfléchir... (TOUTE utilisation des articles ou vidéos Youtube de SAMIA LAMINE à des fins commerciales est strictement interdite. ME CONTACTER pour toute AUTORISATION.)
  • Contact

Visiteurs du blog depuis sa création:

163 968 (Dernière mise à jour:18/ 07/ 2016.)

Recherche


compteur gratuit

Mon recueil : Dabka jusqu'à l'aube. (Poésie)